L’inflation aurait atteint «son niveau le plus élevé» | 24 heures
/portemonnaie

L’inflation aurait atteint «son niveau le plus élevé»

Image principale de l'article L’inflation a atteint «son niveau le plus élevé»
photomontage: Julie Verville

Après une croissance constante depuis des mois, l’indice des prix à la consommation (IPC) - qui correspond à l'inflation - se situe à son plus haut niveau depuis l’introduction du ciblage de l’inflation en 1991, selon le nouveau rapport du directeur parlementaire du budget (DPB). Heureusement, des experts croient que le retour à la stabilité est proche.

• À lire aussi: Les solutions à l'inflation de divers pays à travers le monde

Dans son dernier rapport sur la Surveillance de l’inflation dévoilé mardi, Yves Giroux, explique que «l’inflation de l’IPC total a dépassé la limite supérieure de la fourchette de contrôle de 1 à 3 % de la Banque du Canada depuis avril 2021. Avec un taux de 6,8 % enregistré en avril 2022, l’inflation de l’IPC se situe maintenant à son niveau le plus élevé depuis l’introduction des cibles d’inflation en 1991».

Le directeur parlementaire du budget a souligné que la pandémie de COVID-19 et la guerre en Ukraine ont été des pressions inflationnistes inattendues, mais majeures, et ce partout dans le monde.

• À lire aussi: Finances, inflation et pandémie: comment la confiance des consommateurs a-t-elle été touchée?

Inflation de court terme seulement

Alors que les consommateurs et les entreprises ont revu à la hausse leurs prévisions à court terme concernant l’inflation, plusieurs estiment que l’inflation à plus long terme devrait rester stable.

«Les acteurs des marchés financiers ne considèrent généralement pas que l’environnement actuel de forte inflation est permanent, l’inflation de l’IPC revenant à l’objectif de 2 % à moyen et à long terme», peut-on ainsi lire dans le rapport.

L’inflation peut également être attribué aux problèmes d’approvisionnement que certains secteurs éprouvent. «Ce résultat est conforme à l’opinion selon laquelle les problèmes d’approvisionnement ou sectoriels sont un facteur clé de la hausse de l’inflation. La constatation de pressions inflationnistes élargies serait plus cohérente avec une demande globale plus forte», a précisé Yves Giroux.