DéBéDé: gérer une librairie sans internet pendant 35 ans | 24 heures
/panorama

DéBéDé: gérer une librairie sans internet pendant 35 ans

Image principale de l'article Gérer une librairie sans internet pendant 35 ans
Joël Lemay / Agence QMI

Yvan Plamondon a passé les 35 dernières années à gérer une librairie à succès à Montréal... sans avoir recours à internet. Pas de site web, pas de réseaux sociaux, pas même d’inventaire informatisé dans la boutique!

• À lire aussi: Voici pourquoi le Québec garde en lieu sûr des millions de livres de sirop d'érable

Chez DéBéDé, rue Saint-Denis, il y a des livres – surtout des bandes dessinées – du plancher jusqu’au plafond. Vous cherchez quelque chose? Il n’y a qu’à demander à l’un des employés sur place, qui connaissent l’inventaire par cœur. 

Les clients ne se gênent pas pour le faire: c’est même une bonne partie de ce qui fait l’attrait du commerce. «Le monde, ce qu’ils aiment, c’est venir parler de BD. Ce sont des gens qui trippent, qui veulent jaser, mais qui n’ont pas nécessairement, dans leur entourage, des gens avec qui en parler», explique Yvan Plamondon. 

Joël Lemay / Agence QMI

Il y a, par exemple, la gang d’habitués du samedi matin, des collectionneurs qui se rassemblent pour jaser de leurs trouvailles. Et quand Yvan revient d’Europe, où il écume les boutiques et les marchés aux puces, ils sont les premiers à lui demander ce qu’il a déniché. 

Il y a aussi des Gaspésiens qui viennent une fois par année à Montréal et qui s’arrêtent chez DéBéDé pour faire le plein. Ou des Européens qui visitent des proches au pays. 

Lors du passage du 24 heures, un couple de clients est justement arrivé à la boutique pile à l’ouverture. Ils venaient de Liège, en Belgique. «J’en reviens, justement!» leur a lancé Yvan. «La dernière fois qu’on est venus, vous reveniez de Paris!» lui a retourné le client, visiblement fidèle malgré l’océan qui les sépare. 

• À lire aussi: Victoria Kult, de star du porno à entrepreneure millionnaire

Investissement de 6000$  

Après 10 ans à travailler comme libraire pour d’autres, Yvan s’est lancé à son compte en 1987, avec 6000$ (et l’aide d’un ami bon en réparations). Son commerce s’appelait initialement De retour et était situé deux portes à côté du local actuel, qu’il a acheté deux ans plus tard. 

C’était une excellente décision d’affaires. 

«À l’époque, la rue Saint-Denis était extrêmement vivante. Il y avait beaucoup de librairies sur la rue, mais je les ai vues fermer les unes après les autres, c’était triste. Les frais de loyer augmentaient.» 

Il a quand même tenu le coup. «Je ne suis pas un visionnaire, c’est que je ne voulais pas que les frais augmentent, donc, quand j’ai pu, j’ai acheté, sans savoir que ça prendrait autant de valeur», dit-il aujourd’hui. 

Il a aussi fidélisé sa clientèle avec des séances de dédicaces au deuxième étage, accueillant de gros noms de la BD franco-belge comme Loisel (La Quête de l’oiseau du temps, Peter Pan, Magasin général), Will (Tif et Tondu) et Walthéry (Benoît Brisefer, Natacha, Jacky et Célestin). 

Joël Lemay / Agence QMI

Il n’y avait pas de publicité pour annoncer ces séances: c’était du bouche-à-oreille. «C’était pour dire merci à ma clientèle. Sinon, j’aurais eu des files pas possibles.»

Vendre grâce à une feuille collée au mur   

Aujourd’hui âgé de 64 ans, Yvan prend sa retraite. Et la façon dont il a trouvé un repreneur est tout à fait cohérente avec ses habitudes en affaires. 

«J’ai pris une feuille 8 et demi par 11, j’ai écrit dessus: “Retraite, à vendre” et je l’ai collée sur le mur. J’ai trouvé un acheteur!» raconte-t-il.  

Les démarches de rachat sont encore en cours, donc Yvan reste discret sur l’identité de celui qui gérera DéBéDé dans les prochaines années. On sait qu'il s’agit d’un Québécois et que la transaction devrait se faire vers la fin de l’été. 

Les choses vont changer un brin pour DéBéDé. «Il va mettre la librairie au monde sur internet, pour le reste du monde qui ne la connaît pas», dit Yvan.

Et lui? Il va continuer à jouer de la musique (il est percussionniste), à voyager et à perfectionner son portugais. Il veut aussi peindre et terminer une pièce de théâtre. 

«La librairie, ça te bouffe de l’énergie et du temps», dit-il. Malgré ça, il a comme autre projet de continuer à vendre des livres: il en a une collection surprenante...

*

La librairie DéBéDé est située au 3882, rue Saint-Denis, à Montréal, et est ouverte du mardi au dimanche.

À VOIR AUSSI     

s