Paysages apocalyptiques: les États-Unis aux prises avec une sécheresse sans précédent | 24 heures
/environment

Paysages apocalyptiques: les États-Unis aux prises avec une sécheresse sans précédent

Image principale de l'article Une sécheresse sans précédent aux États-Unis
AFP

Le Sud-Ouest des États-Unis est aux prises avec une sécheresse sans précédent qui donne une apparence apocalyptique à certains paysages.

Depuis un peu plus de deux ans, cette région des États-Unis fait face à une sécheresse implacable. Elle coïncide avec la survenue de feux de forêt records et d'intenses vagues de chaleur alors que les réserves d'eau dont dépendent des millions de personnes s'épuisent. 

Selon les projections climatiques, la situation ne va qu'empirer au cours des prochaines années.

Au Nevada, de larges portions du lac Mead sont complètement à sec.

De larges portions du lac Mead, au Nevada, sont complètement à sec.

AFP

De larges portions du lac Mead, au Nevada, sont complètement à sec.

AFP

 Le niveau de ce lac artificiel n'a jamais été aussi bas depuis sa création en 1937.

AFP

L'an dernier, le gouverneur de la Californie, Gavin Newsom, avait demandé aux citoyens de réduire volontairement leur consommation d'eau de 15%. Mais celle-ci a baissé de seulement 4%. Le mois dernier, devant cet échec et alors que la sécheresse perdure et s'empire, des restrictions sans précédent ont été imposées. Les agences de gestion de l'eau doivent couper la consommation de 20%. Les entreprises et propriétaires de terrains commerciaux n'ont plus le droit d'arroser les pelouses ornementales, et des pénalités seront imposées aux propriétaires qui arrosent après une pluie. 

Ces mesures ont été présentées comme «la nouvelle normalité». 

La sécheresse dans l'Ouest a favorisé un début de saison des feux de forêt hâtif au Nouveau-Mexique. De multiples brasiers ont éclaté en avril et continuent toujours de brûler depuis.

Le Great Salt Lake va-t-il disparaître? 

En Utah, le célèbre Great Salt Lake a déjà rétréci des deux tiers de sa taille.

AFP

Les mouches et les crevettes qui vivent dans le lac pourraient mourir, menaçant les 10 millions d'oiseaux migrateurs qui s'y arrêtent chaque année pour se nourrir, rapporte le New York Times. Les conditions de ski, une source de revenus vitale pour la région, vont se détériorer. Encore plus alarmant: l'air pourrait littéralement devenir empoisonné puisque le lit du lac contient des niveaux élevés d'arsenic. À mesure que l'eau se retire et que le fond du lac est exposé, l'arsenic est relâché dans l'air et les vents le portent vers les poumons des résidents voisins. 

«C'est potentiellement une bombe nucléaire environnementale qui va exploser si on ne prend pas d'actions radicales», a prévenu le législateur républicain Joel Ferry.

AFP