Des artisanes ont trouvé la recette pour vivre de leur travail | 24 heures
/portemonnaie

Des artisanes ont trouvé la recette pour vivre de leur travail

L'artiste Cindy Gate crée des bijoux à partir de matières récupérées dans les friperies avec son entreprise Atelier Saturne.
Guillaume Cyr/24 heures

L'artiste Cindy Gate crée des bijoux à partir de matières récupérées dans les friperies avec son entreprise Atelier Saturne.

De jeunes artisanes ont profité de la pandémie pour se donner à fond à leur passion et en faire une carrière, en misant sur les réseaux sociaux. On a rencontré deux jeunes entrepreneures qui vivent maintenant de leur art – ou presque – et dont le parcours est inspirant.

• À lire aussi: Elles demandent une loi pour combattre les violences sexuelles à l'école

Cindy Gate a lancé au début de la pandémie Atelier Saturne, une entreprise de création de bijoux écoresponsables faits à partir d’objets de seconde main ou cassés, récupérés dans les friperies de Montréal.  

Cindy Gate devant l'affiche réalisée dans le cadre du festival MURAL

Guillaume Cyr/24 heures

Cindy Gate devant l'affiche réalisée dans le cadre du festival MURAL

Elle a dû constituer son réseau à partir de zéro: elle est arrivée de France avec son copain le 17 janvier 2020, quelques semaines avant que tout ferme. Elle avait à peine eu le temps de commencer à travailler dans un commerce qui vendait des produits écolos.  

Quelques exemples des bijoux réalisés par Cindy Gate

Guillaume Cyr/24 heures

Quelques exemples des bijoux réalisés par Cindy Gate

«Comme tout était incertain, on ne savait pas de quoi allait être fait demain. Je me suis demandé alors: qu’est-ce que tu as toujours voulu faire?» dit-elle aujourd’hui. C’est comme ça qu’elle a décidé de lancer son entreprise tout en continuant à travailler. «En pleine pandémie, tout le monde voulait encourager local», dit-elle pour expliquer en partie sa popularité.   

• À lire aussi: Le «meilleur influenceur du monde» est un chat ukrainien

C’est grâce aux réseaux sociaux qu’elle fait connaître ses produits. Elle a maintenant 2500 abonnés sur Instagram, où elle partage le résultat de son travail, mais aussi plusieurs vidéos humoristiques, personnelles, ainsi que l’envers de la gestion d’une compagnie.  

Il y a quelques mois, le magasin écoresponsable dans lequel Cindy travaillait a fermé boutique. Elle a alors pris une décision qu’elle ne regrette aucunement: se consacrer à temps plein à son art. Même si elle travaille maintenant près de 80 heures par semaine, elle ne regrette pas du tout le choix qui lui permet de vivre de sa passion au quotidien.    

Sur TikTok   

Audrey Lord, qui mène son entreprise Ronron club, est illustratrice et vend des vêtements imprimés, des autocollants et même des tapis faits à partir de ses dessins.  

Elle utilise beaucoup TikTok, dont l’algorithme lui permet de faire connaître son art auprès des adolescents et des jeunes adultes. 

L'artiste Audrey Lord

Guillaume Cyr/24 heures

L'artiste Audrey Lord

«J’essaie d’être présente sur les réseaux sociaux, car je vois les résultats ensuite dans les ventes», exprime-t-elle. Certains de ses vidéos sur TikTok ont quelques milliers de visionnements.  

@ronron.club Des beaux petits tapis en préparation pour le marché d’avril de Montreal Makers Market! 🌸💖 #tufting #rugs #art #design #pourtoi #montreal #qc #mtlart #artisanat ♬ As It Was - Harry Styles

Audrey Lord a fondé son entreprise un an avant la pandémie et, au moment où tout a fermé, elle en a profité pour se recentrer et innover avec de nouveaux matériaux. «Je réalise maintenant des tapis à la main faits à partir de mes dessins, par exemple. Je ne faisais pas ça avant», indique-t-elle.  

Elle a encore un autre emploi pour arrondir les fins de mois, mais les recettes provenant de son art constituent son revenu principal.   

Les tapis réalisés par Audrey Lord

Guillaume Cyr/24 heures

Les tapis réalisés par Audrey Lord

Les deux artistes font leurs ventes à partir de leur site internet ou en se présentant à des événements comme le festival MURAL, où elles exposent d’ailleurs jusqu’au 19 juin. 

Cindy Gate a déjà utilisé la plateforme Etsy, un site de vente en ligne pour les artisans, mais y a renoncé en raison des redevances de 30% qu’elle devait donner à l’entreprise pour utiliser la plateforme.   

À VOIR AUSSI    

s