Le Vent dans les Toiles: il peint des paysages à l'extérieur, été comme hiver | 24 heures
/panorama

Le Vent dans les Toiles: il peint des paysages à l'extérieur, été comme hiver

s

C’est dans son minuscule atelier de Limoilou, au sous-sol d’un immeuble à logements, que Samuel Gagnon, alias @leventdanslestoiles, nous a donné rendez-vous. Tout en rangeant ses pinceaux et ses tubes de peinture, l’artiste nous raconte qu’il compte bientôt partir aux États-Unis, accompagné de sa copine et de sa chienne, Denise, pour aller y peindre des paysages.  

Originaire de Québec, Samuel Gagnon s’est tourné vers la peinture après avoir amorcé des études en médecine dentaire, en psychologie et en architecture. Son virage artistique est un moyen pour lui d’assouvir son côté anticonformiste et rebelle. 

«J’ai décidé de quitter toutes mes études et ça a été quelque chose de difficile pour moi, au début. J’ai eu l’impression de gaspiller beaucoup d’années de ma vie», confie celui qui, après deux ans à peindre des paysages partout dans le monde, réussit à vivre de son art.  

Son nom d’artiste, Le Vent dans les Toiles, il l’a choisi parce qu’il a l’habitude de peindre à l’extérieur, été comme hiver, et que beaucoup de ses toiles finissent par être emportées par le vent alors qu’il les crée.  

En peignant à l’extérieur, Samuel Gagnon parvient à mieux s’imprégner de son environnement. Il apprécie également le caractère imprévisible de sa pratique. Des conditions météorologiques changeantes, des bris de matériel ou encore la lumière qui change selon l’heure de la journée: chaque séance de peinture est unique, et c’est tant mieux ainsi.  

• À lire aussi: Les Crocs ont 20 ans et font toujours fureur

• À lire aussi: Laissez Britney Spears partager des photos d'elle nue 

«Je suis quelqu’un qui a besoin de se sentir libre. Je veux respecter aucun cadre, aucun moule dans absolument aucune sphère de ma vie», mentionne-t-il.  

D'ailleurs, les accidents sont parfois heureux. «Il y a une fois où ma toile a déboulé une pente glacée, il y avait plein de neige dessus mais ça a donné toutes sortes de textures intéressantes. Ça avait été une de mes toiles les plus populaires», se remémore l’artiste. 

Bien qu’il espère pouvoir continuer de voyager longtemps, il aimerait ouvrir une galerie d’art à Québec, un jour, où il pourrait exposer ses œuvres et celles d’autres artistes. Avant de poser ses pinceaux, il souhaite toutefois repousser ses limites et peindre dans des conditions extrêmes, comme dans une boîte sous l’eau ou en hélicoptère.  

Une autre vidéo qui pourrait vous intéresser     

s