Un programme pour aider les jeunes filles à viser le basket professionnel | 24 heures
/panorama

Un programme pour aider les jeunes filles à viser le basket professionnel

s

Alors que le basketball féminin connaît un réel engouement au Québec, un nouveau programme a été mis sur pied cette année afin de permettre à de jeunes joueuses d’accéder au plus haut niveau. Et d’intégrer, comme les garçons, les meilleures équipes d’Amérique du Nord.

Marie-Grace Talle Makoudoum a commencé à jouer au basketball en sixième année sur la recommandation de son professeur d’éducation physique. Elle regrette que les opportunités soient beaucoup plus présentes pour les garçons de son âge. Elle espère qu’il y aura à l’avenir plus de programmes et d’encadrement, particulièrement pour les athlètes qui sont un peu plus âgées qu’elle.  

Marie-Grace Talle Makoudoum

Marie-Grace Talle Makoudoum

Intégrer un programme d'été  

La jeune joueuse fait partie d’un programme d’été mis sur pied par l’organisation Montréal Prospects. Fondé par d’anciens joueurs de l’est de la métropole, Montréal Prospects s’adresse à des jeunes de 12 à 19 ans qui veulent développer leurs habiletés et montrer leur talent dans des tournois au Québec et aux États-Unis.

Cette année, l’organisation a lancé le programme Lady Prospects qui accueille des joueuses âgées de 12 à 15 ans, en raison d’une demande particulièrement forte. 

« Ce programme m’apporte beaucoup parce que ça me permet de jouer avec d’autres joueuses qui me donnent une différente perspective [sur le jeu] », mentionne Gabrielle Cantin, 14 ans.  

Pas juste un « sport de gars »   

Pour la jeune fille qui a commencé à jouer au primaire, il n’y a pas de doute : il faut plus de programmes féminins au Québec pour permettre un meilleur développement et, qui sait, attirer le regard de plus de recruteurs. 

Gabrielle Cantin

Gabrielle Cantin

« Des fois, les gens disent que les gars jouent mieux au basket que les filles, mais désolée, il y a des filles qui peuvent battre des gars », rappelle Gabrielle. 

Jahda Denis pense, elle aussi, qu’il ne faut pas automatiquement associer le basketball à « un sport de gars ». Elle veut prouver que les jeunes filles comme elle peuvent avoir autant voire plus d’ambition que les garçons dans le sport.  

Jahda Denis

Jahda Denis

Engouement  

Le basketball féminin québécois a connu un creux de vague il y a quelques années, mais commence à prendre vraiment de l’ampleur, confirme l’entraîneur de Lady Prospects, Webster Hyppolite. 

Il croit que pendant la pandémie, beaucoup de gens ont commencé à s’intéresser à la WNBA, la ligue la plus prestigieuse au monde, et au basketball féminin de la NCAA. 

« Ça a créé beaucoup d’engouement et ça amène les jeunes filles à vouloir percer dans le basketball. Elles ne voient plus juste ça comme un loisir. Elles veulent aller plus loin, jouer aux États-Unis, jouer à un niveau professionnel, et représenter le Canada sur la scène internationale », explique-t-il. 

Marie-Grace, Gabrielle et Jahda ont d’ailleurs toutes affirmé qu’elles ont un seul et unique but : se rendre le plus loin possible. Quand on les relance à savoir si la WNBA est l’étape ultime, elles nous répondent toutes en chœur : « Pourquoi pas ! ». 

Changer l'image de l'est de Montréal  

Aider des jeunes de l’est de Montréal à devenir de meilleurs joueurs de basketball, mais aussi des citoyens engagés, c’est la mission que se sont donnée les entraîneurs du programme d’été Montréal Prospects. Ce sont les têtes d’affiche du nouveau documentaire de Vrai, Basketball : viser haut.   

Ce groupe d’anciens joueurs, qui a grandi ensemble, veut montrer qu’il faut arrêter de propager des préjugés au sujet de l’est de Montréal et qu’il y a bien plus de positif que de négatif dans ces quartiers. 

« Quand j’ouvre les journaux et que je regarde ce que les médias projettent à propos de ces quartiers – les fusillades et les gangs de rues –, il n’y a pas juste ça. Il y a des gens qui font plein d’activités pour inspirer les jeunes et des fois, c’est ça qu’on devrait mettre de l’avant », affirme d’ailleurs Ricky Volcy, entraîneur de Montréal Prospects et ancien joueur professionnel.  

Les coulisses du programme  

Fondé en 2017 par Ricky Volcy, Ricardo Telamon et Joel Casseus, le programme d’été Montréal Prospects s’adresse à des joueurs de 12 à 19 ans qui veulent développer leurs habiletés. 

Une équipe de NumériQ a suivi le programme masculin lors de tournois et d’entraînements à l’été 2021. À travers une série de rencontres, on s’immisce dans l’histoire de Jordann Dumont, des frères Sean et Kevin de Kovachich, ainsi que dans celle de plusieurs entraîneurs. 

Expériences insoupçonnées  

Ricky, Joel et d’autres membres de l’organisation ont d’ailleurs pu vivre des expériences insoupçonnées grâce au basketball, comme se rendre jusqu’aux portes de grandes universités américaines. Ils veulent maintenant permettre à d’autres de suivre leurs traces. 

« C’est comme le concept de l’ascenseur. Lorsque tu montes, assure-toi que l’ascenseur redescend pour aller chercher les autres. [...] C’est comme ça qu’on va devenir une meilleure communauté », explique Joel Casseus.

Le documentaire Basketball : viser haut est diffusé dès maintenant sur la plateforme Vrai