Lightyear: Chris Evans ramasse «les idiots» qui interdisent le film à cause d’un baiser entre deux femmes | 24 heures
/pss

Lightyear: Chris Evans ramasse «les idiots» qui interdisent le film à cause d’un baiser entre deux femmes

Image principale de l'article Des «idiots» selon Chris Evans
Images courtoisie Pixar et AFP

Chris Evans a qualifié «d’idiots» les pays qui ont décidé de bannir son film Lightyear en raison d’une scène où deux femmes s’embrassent.

• À lire aussi: Lightyear: un film humble et accrocheur jusqu’à la fin [CRITIQUE]

• À lire aussi: 24 films incontournables à voir cet été

La séquence avait initialement été coupée, mais avait été ensuite réintégrée, amenant le film d’animation de Pixar à être banni dans des pays comme l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Égypte et la Malaisie, entre autres, en plus de s’attirer les foudres des sphères conservatrices aux États-Unis.

En entrevue avec Reuters, Evans, qui reprend le rôle de Buzz Lightyear dans le film en relève de Tim Allen, a offert une réplique sans détour à ceux qui refusent de diffuser le long-métrage.

«La vérité, c’est que ces personnes sont des idiots, a mentionné Evans. Chaque fois que nous prenons conscience, il y a de l’avancement social. L’histoire américaine, l’histoire humaine est celle d’un éveil social et d’une croissance sans bornes. C’est ce qui nous rend bons.»

«Il y aura toujours des gens qui ont peur, qui ne sont pas au courant et qui essaient de s’accrocher au monde d’avant. Mais ces personnes meurent comme des dinosaures. Je crois que l’objectif est de les ignorer, de continuer d’avancer et de faire honneur à la croissance qui nous rend humains.»

Précédemment, Chris Evans avait mentionné au magazine Variety qu’il était satisfait que les dirigeants de Pixar aient décidé de réintégrer le baiser gai du film.

«C’est fantastique, ça me rend heureux, avait-il affirmé. C’est difficile de ne pas être un peu frustré que cela doive même être un sujet de discussion. Que ce soit ce genre de nouvelles. Le but est que nous puissions en venir à un point où c’est la norme et que ça ne doive pas être des espèces d’eaux inexplorées, qu’éventuellement ce soit simple comme ça. Cette représentation à tous les niveaux, c’est comme ça que nous faisons des films.»

Lightyear arrive en salle ce vendredi.


AUSSI SUR PÈSE SUR START

s

s

Sur le même sujet