Sept-Îles: des résidents choqués par les propos d’un nouveau proprio qui souhaite «loger des gens de qualité» | 24 heures
/panorama

Sept-Îles: des résidents choqués par les propos d’un nouveau proprio qui souhaite «loger des gens de qualité»

Un propriétaire qui vient d’acquérir 22% du parc locatif de Sept-Îles, sur la Côte-Nord, a tenu des propos controversés envers les personnes qui souffrent de maladie mentale et de problèmes de toxicomanie dans un journal local début juin. Il a finalement présenté ses excuses en conférence de presse jeudi après avoir suscité la grogne des citoyens. 

• À lire aussi: Près de 20% des propriétaires n'ont plus les moyens de payer leur hypothèque

• À lire aussi: Surchauffe immobilière? Une maison à vendre pour 795 000$ aux Îles-de-la-Madeleine sème l'émoi

Le nouveau propriétaire et président de l’entreprise immobilière Devcore, Jean Pierre Poulin, avait exprimé au journal Le Nord-Côtier qu’il voulait «des gens de qualité» dans ses logements en ajoutant que «Devcore a de la classe [et que] ce n’est pas une place où les gens se droguent où se prostituent.» 

«Ce n’est pas notre mission, ce n’est pas notre mandat. On veut aider les gens, on ne veut pas de mal à personne, mais avoir quelqu’un qui a un problème de santé mentale, qui se drogue et qui fait des badtrip à 3h du matin, ça fait que les bons locataires veulent s’en aller», avait-il notamment confié au journal local.  

Ce dernier vient tout juste d’acquérir 555 logements sur les 2 500 unités de logement à Sept-Îles, selon leur société de développement économique. L’entreprise Devcore, qui possède aussi environ 3000 portes au Québec, souhaite moderniser au fur et à mesure les logements qui deviendront vacants pour les proposer à une clientèle plus aisée.  

Les plans de réaménagement et de modernisation du parc locatif existant acquis par Devcore.

Courtoisie

Les plans de réaménagement et de modernisation du parc locatif existant acquis par Devcore.

«Je suis contre les gens qui boivent leur loyer au lieu de nous le payer»  

Lors d’une rencontre tenue jeudi avec les organismes communautaires, les journalistes et la mairie, le maire de Sept-Îles, Steeve Beaupré, a questionné le propriétaire sur ses intentions et sur les propos qu’il a tenus envers des personnes avec des problèmes de santé mentale. 

M. Poulin s’est défendu en rétorquant qu’il s’était auparavant mal exprimé en spécifiant n’avoir rien «contre la santé [maladie] mentale.» Le propriétaire a précisé ne pas vouloir de locataires qui dérangent les voisins. Selon lui, «les problèmes d'alcoolisme et de grosses drogues, ce sont souvent des problèmes de santé mentale [...] Je suis contre les gens qui boivent leur loyer au lieu de payer», juge-t-il.  

Lors de la rencontre, les organismes communautaires ont spécifié de leur côté que la priorité de la région devrait être plutôt de combler le manque de nouveaux logements, et non de rénover le parc existant. 

Jean Pierre Poulin, président du groupe Devcore.

LinkedIn

Jean Pierre Poulin, président du groupe Devcore.

Le chanteur Boom Desjardins à la rescousse du propriétaire  

Le populaire chanteur Boom Desjardins, ami de longue date de Jean Pierre Poulin et associé pour un projet immobilier à Val-d'Or, a même été invité par le propriétaire pour parler de son expérience avec ce dernier dans le marché de l’immobilier. 

Le membre du groupe de La Chicane a proposé à son collègue de «s’excuser» aux gens qui ont mal reçu ses propos. «Dans la vie, il faut être capable de dire qu’on s’est mal exprimé.» 

À la fin de la rencontre, M. Poulin a finalement présenté ses excuses, sans toutefois renier ses propos tenus plus tôt. «Je suis vraiment désolé pour tout le monde [qui a été choqué]», assurant vouloir passer à autre chose. 

Le chanteur Boom Desjardins lors d'un événement en octobre 2021.

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Le chanteur Boom Desjardins lors d'un événement en octobre 2021.

Sur le même sujet