Une étudiante égyptienne tuée parce qu'elle refusait les avances d’un homme | 24 heures
/bref

Une étudiante égyptienne tuée parce qu'elle refusait les avances d’un homme

Un jeune homme a été accusé d’avoir tué une étudiante devant son université en Égypte parce qu’elle refusait ses avances, un crime qui a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux.

Le meurtrier présumé originaire de Mansourah, à 130 km au nord du Caire, a été «placé en détention préventive pour quatre jours dans le cadre d’une enquête pour meurtre avec préméditation de l’étudiante Nira devant sa faculté», indique le parquet dans un communiqué.

Sur les réseaux sociaux, une vidéo diffusée lundi a été largement partagée, les internautes assurant qu’elle montre le jeune homme poignardant Nira avant d’être appréhendé par des passants.

L’accusé a «reconnu avoir tué la victime parce qu’elle refusait d’entretenir une relation avec lui», ajoute le parquet.

Plusieurs témoins, dont le père de la victime, ont rapporté, selon le parquet, que la jeune fille avait déjà signalé les faits et disait craindre une attaque de l’accusé.

Sur les réseaux sociaux, certains appelaient à ce que «la société dans son ensemble s’occupe mieux de ses enfants», d’autres réclamaient que «ça n’arrive plus jamais». «Tout le monde doit faire attention aux autres pour éviter ce genre de film d’horreur», écrivait ainsi un internaute.

En Égypte, les femmes estiment être régulièrement exposées à la violence et surtout lésées vis-à-vis de la loi, dans un pays où la propagation d’une vision rigoriste de l’islam depuis les années 1970 et les traditions conservatrices ont un impact sur l’évolution des droits de femmes.

Début 2021, le gouvernement avait même proposé − sans succès − un projet de loi visant à restreindre les droits de près de 50 millions d’Égyptiennes, en permettant par exemple à leur père ou à leurs frères d’annuler leur mariage.