Les chips vont-elles dans le sandwich ou à côté? La ville de Sandwich tranche | 24 heures
/bref

Les chips vont-elles dans le sandwich ou à côté? La ville de Sandwich tranche

À chacun ses débats. Au Québec, on se demande toujours si le but d’Alain Côté était bon ou non. En Angleterre, les citoyens de Sandwich, une ville du sud-est du pays, ont quant à eux voté pour savoir une fois pour toutes si les croustilles vont dans le sandwich ou à côté. 

• À lire aussi: Un homme du Wisconsin mange 33 000 Big Mac en 50 ans

• À lire aussi: Théorie du complot: des gens pensent que la reine a été recréée par ordinateur dans une capsule

Après des semaines de campagne électorale féroce entre les adeptes du «Crisps IN» et du «Crisps OUT», les habitants de Sandwich ont parlé: les chips devraient aller à l’intérieur. 

Et l’enjeu était énorme. Le maire de la petite municipalité du Kent avait promis la présidence honoraire de Sandwich au parti vainqueur. 

Selon Walkers, la filiale britannique de Lay’s, ce sont plus de 2,3 milliards de sandwichs croustillants (avec des chips en son centre) qui sont consommés en Grande-Bretagne chaque année, soit 35 par année par adulte.

Une élection «pour le plaisir» 

L'entreprise avait lancé le débat l'année dernière, en affirmant que les croustilles allaient dans le sandwich. Mais tout le monde n'était pas d'accord avec cette position. 

Walkers a donc décidé d’aller de l’avant avec un vote historique. Et qui de mieux pour répondre à cette question existentielle que les habitants de Sandwich? 

«Nous savons qu’un sandwich combiné à un sac de chips Walkers est un classique britannique. Mais après qu’une recherche eut révélé que la nation était divisée sur la place des chips dans le sandwich, Walkers souhaitait d’abord et avant tout encourager un «débat léger pour faire sourire après quelques années difficiles. [...], nous avons jugé bon de faire appel aux experts britanniques en sandwich – les habitants de Sandwich – pour régler le débat une fois pour toutes», explique Rachael Smith, qui travaille pour Walkers, au Wales Online.

Walkers affirme avoir souhaité lancer un «débat léger», dans le but de «faire sourire après quelques années difficiles».