Après l'avortement, le mariage gai dans la mire de la Cour suprême des États-Unis? | 24 heures
/bref

Après l'avortement, le mariage gai dans la mire de la Cour suprême des États-Unis?

Image principale de l'article Le mariage gai dans la mire de la Cour suprême?
AFP

Le renversement de l’arrêt Roe contre Wade représente non seulement un retour en arrière en matière de droits des femmes aux États-Unis, mais aussi il fait craindre le pire dans la communauté LGBTQ+. Après le droit à l’avortement, la Cour suprême pourrait-elle maintenant s’attaquer au mariage entre personnes de même sexe?

• À lire aussi: Des centres d'aide à la grossesse opérés par des militants antiavortement

• À lire aussi: Un antiavortement se fait humilier par le compte Twitter du lac Supérieur

Pour Andréanne Bissonnette, chercheuse en résidence à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand, «ça ne serait pas impossible» de voir la Cour suprême s’attaquer à d’autres droits, que ce soit LGBTQ+ ou contraceptifs. 

Après la révocation de l’arrêt Roe contre Wade, «des législateurs plus conservateurs vont vouloir voir jusqu’où ils peuvent aller dans des restrictions», avance-t-elle. 

Bien que la majorité conservatrice de la Cour ait précisé que la décision ne s’appliquait qu’au droit à l’avortement, le juge Clarence Thomas a émis une opinion concurrente dans laquelle il indiquait que d’autres décisions prises par la Cour dans le passé devraient être révisées, notamment celle de 2015 reconnaissant le mariage entre conjoints de même sexe partout au pays. 

AFP

La décision de 2003 de déclarer inconstitutionnelles les lois interdisant la sodomie et la décision de 1965 qui donne le droit aux couples mariés d’avoir recours à des moyens de contraception seraient également dans la ligne de mire du juge ultraconservateur. 

Un renversement qui change la donne

Si la Cour suprême était autrefois perçue comme la moins dangereuse des branches du pouvoir aux États-Unis – comparativement au législatif (Congrès) et à l’exécutif (Maison-Blanche) –, le renversement de Roe contre Wade vient changer la donne. 

«Il y a vraiment une perception que la décision est en décalage avec l’opinion de la majorité de la société aux États-Unis», soutient Andréanne Bissonnette en entrevue au 24 heures. 

AFP

Selon GALLUP, qui mesure l’opinion publique vis-à-vis de cet enjeu aux États-Unis, 80% des Américains estiment que l’avortement devrait être légal «dans la plupart des cas» ou «dans tous les cas».

Réactions en plein mois de la fierté

La décision de renverser l’arrêt Roe contre Wade est tombée alors que se tenaient de nombreux défilés de la fierté, la fin de semaine dernière, partout aux États-Unis. Cette révocation a suscité colère et inquiétude, teintant les festivités. 

«Soyons clairs. Aujourd'hui, c’est une horrible invasion de la vie privée que ce tribunal autorise. Lorsque nous perdons un droit sur lequel nous nous appuyons et dont nous jouissons, d'autres droits sont en danger», a déclaré Jim Obergefell, qui avait porté la cause du mariage gai devant la Cour suprême. Il est aujourd’hui candidat démocrate en Ohio pour la Chambre des représentants.

• À lire aussi: Le rainbow-washing ou quand les marques récupèrent la cause LGBTQ+ pour faire du profit

«Ils annoncent leur décision sur Roe contre Wade deux jours avant la marche de la fierté et ensuite ils disent "Hey, on pourrait regarder toutes ces autres lois aussi". C’est très clair qu’ils s’en viennent nous chercher», a déploré une participante de la marche de New York en entrevue à NPR.

AFP

Pour sa part, le gouverneur du Colorado, Jared Polis, a voulu se montrer rassurant. 

«Peu importe qui vous aimez, peu importe qui vous êtes, nous voulons nous assurer que vous avez une place dans notre État», a-t-il assuré en entrevue au Vail Daily. M. Polis est devenu, en 2019, le premier gouverneur ouvertement homosexuel de l’histoire des États-Unis.

– Avec les informations de PBS, de NPR et de Vail Daily 

Cette vidéo pourrait vous intéresser

s