Les prix de l’essence en baisse... pour l’instant | 24 heures
/portemonnaie

Les prix de l’essence en baisse... pour l’instant

Image principale de l'article Les prix de l’essence en baisse... pour l’instant
Thierry Laforce / Agence QMI

Le prix à la pompe est à la baisse dans plusieurs régions du Québec, certaines villes dans les Laurentides et en Montérégie ont même affiché des prix sous la barre des 2$ le litre dimanche.

• À lire aussi: Pétro-masculinité: quand brûler du gaz dans un gros char est synonyme de virilité

• À lire aussi: Prix plafond sur l’essence: «ça ne nuira pas à la transition énergétique», plaide PSPP

C’est dans les villes de Grenville-sur-la-Rouge et de Saint-Zotique que les prix à la pompe étaient les moins chers dimanche (1,95 $).

Les villes de Longueuil, Saint-Jean-sur-le-Richelieu et Saint-Hubert ont également affiché, au cours des dernières 24 heures dimanche, des prix à la pompe sous les 2 $, soit de 1,99 $, 1,96$ et 1,99 $ le litre respectivement.

Dans les régions des Laurentides et de la Montérégie, le prix moyen affichait à 201,9 cents le litre dimanche, contre 207,2 cents/L la semaine dernière et 211,5 cents/L le mois dernier.

Tendance à la baisse

À Montréal, le prix moyen affichait 206,7 cents le litre dimanche, contre 210,4 cents le litre la semaine dernière.

À la grandeur du Québec, le prix moyen s’affichait à 210,7 cents/L la semaine dernière et est descendu à 207,8 cents/L dimanche.

À l’inverse de la tendance, le prix moyen dans la ville de Québec est resté stable avec une moyenne constante de 216,9 cents/L.

• À lire aussi: Voici pourquoi les promesses de Pierre Poilievre ne tiennent pas la route

Mais la baisse ne serait que de courte durée étant donné la difficulté du marché de produire davantage de pétrole pour faire baisser les prix, rapporte le Journal

Malgré cela, cet allègement est le bienvenu dans les portefeuilles des Canadiens, sachant que 69% d’entre eux craignent ne plus pouvoir payer leur plein si les prix se maintiennent à 2$ le litre, selon un sondage Ipsos publié la semaine dernière.

Pas une solution viable

L’Ontario a annoncé une baisse de la taxe provinciale vendredi afin d’alléger la facture de ces résidents, qui sera en vigueur jusqu’au 31 décembre 2022. Il s’agit actuellement d’une des seules provinces du pays ayant adopté une telle mesure, avec Terre-Neuve et l’Alberta.

Au Québec, les consommateurs paient 32 cents par litre de taxes, selon des chiffres de TVA Nouvelles.

• À lire aussi: Le prix de l’essence devrait augmenter de manière importante durant l’été

Or, selon le professeur au département des sciences économiques à l’Université d'Ottawa, Jean-Thomas Bernard, la baisse des taxes ne serait pas une solution viable. De fait, ce dernier a rapporté en entrevue avec TVA Nouvelles que la baisse des taxes ne corrigera pas le problème occasionné par la forte demande, qui se bute à une offre limitée.

«Baisser le prix de façon artificielle ne fait rien pour accroître l’offre», a expliqué M. Bernard. Il a d'ailleurs fait remarquer que la hausse de la demande n’est pas anormale en saison estivale, où «les marges de distribution sont les plus élevées».

L’essence jusqu’à 2,50$?

L’analyste des prix de l’essence Patrick De Hann a indiqué à la chaîne Global qu’à son avis, le prix de l’essence pourrait continuer à grimper jusqu’à 2,50$, si les circonstances sont réunies. Notamment, une interruption de la production de pétrole à la suite d'un ouragan majeur comme Harvey ou Ida, qui avait balayé le Golfe du Mexique en 2017 et 2021, constituerait un risque majeur pour les prix de l'essence cet été.

• À lire aussi: Hausse du prix de l’essence: presque tout va coûter plus cher

«Cela dit, je m'attends à un certain soulagement, si nous pouvions échapper à la saison des ouragans sans tempête majeure», a-t-il déclaré.

L’analyste a mentionné que, souvent, les prix atteignent un sommet en juillet, pour finalement diminuer à partir du mois d’août.

Cette vidéo pourrait vous intéresser: 

s