Septième vague : pas de nouvelles mesures, mais il faut rester vigilant | 24 heures
/bref

Septième vague : pas de nouvelles mesures, mais il faut rester vigilant

Image principale de l'article C'est officiel: on est en 7e vague
PHOTOS Laurent Corbeil/ Agence QMI

C'est maintenant confirmé: le Québec entre dans une septième vague, a laissé savoir le Dr Luc Boileau lors d’un point de presse, avec le ministre de la Santé, Christian Dubé, jeudi matin. 

• À lire aussi: Septième vague : ne laisser pas la COVID gâcher vos vacances

• À lire aussi: BA.4 et BA.5: les sous-variants hyper contagieux derrière la hausse des cas de COVID au Québec

«C’est une septième vague, mais elle devrait s’infléchir dans les prochaines semaines. On a quelques signes que ça plafonne», a expliqué le directeur national de la santé publique.  

Le Dr Boileau et le ministre Dubé ont martelé qu’il faut rester vigilant face à la COVID-19. 

«La situation est sous contrôle pour le moment, mais notre objectif est de protéger les plus vulnérables», a soutenu M. Dubé. Il préconise la prudence, surtout à l’approche des vacances de la construction. 

PHOTOS Laurent Corbeil/ Agence QMI

Pour l’instant, il ferme toutefois la porte à l’idée de réimposer des restrictions sanitaires, dont le port du masque. «On n’est pas là du tout. Il faut apprendre à vivre avec la COVID», a-t-il soutenu. Il a précisé vouloir faire confiance à la population. 

Dans les dernières 24 heures, le Québec a enregistré 1839 nouveaux cas de COVID-19, et 56 nouvelles hospitalisations. Un nombre de 7041 travailleurs de la santé sont également absents du travail pour des raisons liées au virus. 

S’isoler lorsqu’on a des symptômes 

Le Dr Luc Boileau a souhaité rappeler que les personnes ressentant des symptômes doivent s’isoler et respecter certaines mesures de base. 

«Il faut s’isoler pendant cinq jours, et les cinq suivants, il faut être très prudent. On ne devrait pas aller au resto, des spectacles ou rencontrer des amis. Et il faut garder un masque. C’est pour ça qu’il y a tant de contamination, les gens ne respectent pas cette règle de 10 jours», s’est-il exaspéré. 

Photo Chantal Poirier

La Santé publique encourage à cet effet la population, particulièrement les plus vulnérables, à maintenir le port du masque si la situation s’y prête. 

• À lire aussi: Vous avez la COVID-19? Voici tout ce que vous devez savoir (et faire)

Dose de rappel 

Des doses de rappel des vaccins contre la COVID-19 sont toujours disponibles et accessibles à tous, ont rappelé les deux hommes. 

Le ministère de la Santé devrait publier à cet effet, au courant de la journée, un «arbre décisionnel» permettant d’identifier pour chacun le meilleur moment pour aller chercher une dose de rappel. 

Photo d'archives, Agence QMI

«C’est le temps en ce moment d’aller la chercher. C’est une dose qui va changer les risques de développer une maladie grave», a soutenu le Dr Boileau. Il a également précisé qu’après une période d’environ six mois, l’efficacité du vaccin connaît une baisse, d’où l’importance du rappel. 

• À lire aussi: Allergies ou COVID-19: voici ce qu'il faut savoir pour démêler le tout