Pour réduire la pollution, les Pays-Bas limiteront les vols vers Amsterdam | 24 heures
/environment

Pour réduire la pollution, les Pays-Bas limiteront les vols vers Amsterdam

Image principale de l'article Les Pays-Bas limiteront les vols vers Amsterdam
AFP

Afin de réduire la pollution, le gouvernement des Pays-Bas a annoncé que les vols arrivant à Amsterdam, destination prisée par les touristes internationaux, seront limités, et ce, dès l’an prochain. Il s’agit d’une première dans le monde de l’aviation.

• À lire aussi: Chaos dans les aéroports canadiens : quelques conseils pour les voyageurs

• À lire aussi: Le Sky Cruise, un immense «hôtel volant» du futur imaginé pour ne jamais atterrir

Dès novembre 2023, l’aérogare Schiphol, troisième plus grand d’Europe après Charles-de-Gaulle à Paris et Heathrow à Londres, devrait voir atterrir un maximum de 440 000 vols par année sur ses pistes. 

C’est une baisse d’environ 20% par rapport aux projections de l’État, estimées à 540 000 vols annuels, selon KLM et 11% des chiffres prépandémiques de 2019.

AFP

Actionnaire majoritaire de Schiphol, le gouvernement néerlandais affirme chercher à établir un équilibre entre l’importance d’avoir un grand aéroport et «un milieu de vie meilleur et plus sain».

Selon la proposition du ministre de l’Infrastructure et de la Gestion des eaux, Mark Harbers, cette mesure réduira les pollutions sonore et par les oxydes d’azotes (NOx).

AFP

Les NOx sont d’importants contaminants atmosphériques présents dans les émissions des moteurs d’aéronefs.

• À lire aussi: Des valises avec 30 000$ d’équipement abandonnées sans surveillance par Air Canada

La décision survient après que Schiphol et tous les grands aéroports du monde, incluant Montréal, aient volontairement réduit leur capacité estivale en raison d’un manque de personnel.

Ça ne fait pas l’unanimité!

Acclamée par les groupes environnementaux, la mesure n’est pas tout à fait bien vue chez certains leaders du monde aéronautique, comme l’Association internationale du transport aérien (IATA).

Selon l’organisme international, limiter les vols à Schiphol aura un impact négatif sur l’économie locale, l'emploi et ne serait pas la meilleure solution pour réduire les GES du secteur aérien.

Même la société d’État néerlandaise, KLM, n’est pas chaude à l’idée. 

AFP

L’entreprise devra «dire au revoir à ses petits avions» et se concentrer sur l’attraction du trafic vers les gros appareils, décrie-t-elle dans un communiqué.

«Le réseau complexe de KLM — desservant actuellement 170 destinations — ne sera plus viable», a déclaré la compagnie aérienne. 

− Avec les informations de Bloomberg et Euronews