Accusé d’encourager l'homophobie, le Dagobert se défend maladroitement | 24 heures
/sdc

Accusé d’encourager l'homophobie, le Dagobert se défend maladroitement

Image principale de l'article Le Dagobert se défend maladroitement
DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

Un événement qui se serait produit au Dagobert au cours de la fin de semaine suscite énormément de réactions sur les réseaux sociaux.

• À lire aussi: Citant des menaces, l’humoriste Julien Lacroix annule son retour sur scène

Dans un texte publié sur Facebook dimanche, Nicolas Gaudreault affirme que la veille, son copain, son amie et lui se sont fait demander de quitter le bar à la suite de plaintes venant d'autres clients.

«Une employée du club est venue me voir vers 23 h 45 pour m’informer que des clients réguliers trouvaient que nous n’avions pas notre place ici. Certains clients trouvaient que nos vêtements dérangeaient, que nos mouvements de danse dérangeaient, mais surtout que nos personnes dérangeaient. L’employée nous a donc demandé de quitter avant que cela finisse en bataille», écrit-il. 

«En bataille... Je suis encore choqué. On ne faisait que danser et avoir du plaisir. Of course, on avait l’air gais. CAUSE WE ARE. And I’ll never be ashamed of it», poursuit-il. 

Gaudreault a dénoncé le célèbre bar de Québec et ses employés, et il a encouragé ses connaissances à boycotter l’établissement.

«Je condamne les employés du Dagobert qui sont clairement au courant de ces situations et qui préfèrent fermer les yeux, au détriment d’un environnement sécuritaire et inclusif pour les clients. Je condamne tous les gens qui acceptent ce type de situation ou les encouragent.»

En 12 h, la publication a été partagée plus de 500 fois.

En soirée, dimanche, le Dagobert a réagi à l'affaire dans une publication. L'établissement de la Grande Allée affirme que les propos véhiculés dans le texte devenu viral sont mensongers.

«Les propos forts d'une personne ayant fréquenté le Dagobert sont mensongers, et bien qu'il y ait bel et bien eu des personnes homophobes ayant tenu des propos déplacés à une de nos employés, elle s'est vite empressée d'aviser les clients visés de se déplacer. Son but était simplement le désir de protéger les clients visés, le temps d'expulser les clients homophobes qui étaient de passage à Québec (ils venaient d'Ottawa) pour le Festival d'été de Québec.»

«Nous déplorons grandement les propos comme quoi le Dagobert encourage l'homophobie, puisque ce n'est aucunement le cas. Nous déplorons également que le plaignant puisse diminuer l'ouverture d'esprit des gens de Shawinigan, comme si tous les gens de régions et de petites villes étaient tous homophobes ou limités quant à leur ouverture d'esprit», se défend le Dagobert.

«Les médias sociaux ne servent pas à se faire justice faussement, et nous prendrons action pour corriger la situation envers ces propos nous impliquant comme un établissement favorisant l'homophobie.»

«Difficile de croire que la diversité est devenue celle qui bully sur la réputation de personnes et d'entreprises», conclut l'établissement. 

Sous la publication, plusieurs internautes reprochent au bar de ne pas avoir très bien géré la situation.

«En matière de réponse de marde, vous auriez difficilement pu faire pire», écrit une personne. 

«Vraiment la réponse la plus ordinaire», ajoute une autre. 

«La pire réponse que vous auriez pu donner. Wow. La fin. La fucking fin de votre message. C'est terrible», se désole un internaute. 

Depuis, la publication du Dagobert a été retirée.

Aussi sur le Sac de chips:

s

s

s

Sur le même sujet