Jill Biden s'excuse pour avoir comparé Hispaniques et tacos | 24 heures
/bref

Jill Biden s'excuse pour avoir comparé Hispaniques et tacos

La première dame des États-Unis, Jill Biden, et la première dame mexicaine, Beatriz Gutierrez Muller
AFP

La première dame des États-Unis, Jill Biden, et la première dame mexicaine, Beatriz Gutierrez Muller

La première dame des États-Unis, Jill Biden, a présenté ses excuses mardi après avoir employé une formule maladroite établissant une comparaison entre les Hispaniques et les tacos.

• À lire aussi: Un touriste tombe dans le cratère du volcan Vésuve en cherchant son téléphone

«La première dame s'excuse, ses propos n'exprimaient que son admiration et son amour sincères pour la communauté latino», a tweeté le porte-parole de la première dame, Michael LaRosa.

Dans un discours prononcé lundi au Texas, la femme du président américain avait vanté la «diversité» de la population américaine d'origine hispanique, «aussi différente que les bodegas du Bronx, aussi belle que les fleurs de Miami, aussi unique que les tacos du petit-déjeuner à San Antonio».

En plus de la comparaison avec les tacos qui a immédiatement fait grincer des dents, Mme Biden a mal prononcé le mot «bodegas», de petits cafés.

• À lire aussi: Voici pourquoi Justin Trudeau a traité les influenceurs de Cancún d’ostrogoths

«Nous ne sommes pas des tacos», avait réagi l'Association nationale des journalistes hispaniques, basée à Washington. «Ne nous réduisez pas à des stéréotypes».

De nombreux élus conservateurs ont fustigé Mme Biden, en estimant que les médias progressistes se seraient déchaînés si une telle gaffe était venue du camp républicain.

«Pas étonnant que les Hispaniques fuient le parti démocrate!», a commenté le représentant Andy Biggs, de l'État de l'Arizona.

Le déplacement de Jill Biden au Texas avait comme objectif de courtiser l'électorat hispanique, traditionnellement une importante composante du vote démocrate. 

En un an le taux d'approbation de Joe Biden a toutefois chuté de 55% à 26% au sein des électeurs d'origine hispanique, selon un récent sondage Quinnipiac.