Le Dagobert congédie une employée après un «événement d’homophobie» | 24 heures
/bref

Le Dagobert congédie une employée après un «événement d’homophobie»

s

Le Dagobert reconnaît qu’il y a eu un «événement d’homophobie» au sein de son établissement samedi dernier et congédie une employée qui n’aurait pas respecté ses politiques en répondant à la situation.

• À lire aussi: Le film Lightyear banni dans 14 pays

Dans un message paru lundi soir sur sa page Facebook, la boîte de nuit de la Grande Allée présente ses excuses «sincèrement, pour l’événement d’homophobie qui est survenu lors de la soirée du 9 juillet dernier».

Rappelons que sur le même réseau social, un client, Nicolas Gaudreault, a dénoncé dimanche qu’il se serait fait «montrer la porte» avec son copain et une amie du bar, «puisque nous étions trop HOMOSEXUELS (sic) pour une certaine clientèle et qu’on dérangeait». Sa publication a été partagée plus de 800 fois.

«Après de plus amples vérifications, interrogatoires et visionnements d’images, nous avons constaté qu’une employée qui agissait comme serveuse a pris l’initiative de suggérer à des clients de se déplacer ou de s’en aller», explique Le Dagobert.

• À lire aussi: Hélène Boudreau, la fille de l’UQAM, s’est fait limer les dents et ses admirateurs sont consternés

Bien que «la version demeure différente entre celle de l’employée et celle des clients [...], il n’en demeure pas moins que ce ne sont pas les consignes que les employés doivent respecter au Dagobert», poursuit l’entreprise.

Celles-ci veulent que les situations d’homophobie ou celles qui concernent des clients irrespectueux ou violents doivent être communiquées à un membre de la «gestion», qui lui seul peut approuver une expulsion.

«Lors de cette soirée, des clients mal intentionnés auraient dû être expulsés. L’employée en question a été congédiée, ce lundi matin, après nos vérifications», indique le commerce.

C’est un changement de ton pour la discothèque, qui avait d’abord décrié des «propos mensongers» dans un premier message, s’attirant les critiques de plusieurs internautes.

S’il reconnaissait dès le départ «qu’il y a bel et bien eu des personnes homophobes ayant tenu des propos déplacés», l’établissement prenait la défense de son employée dans cette première déclaration.

On relatait que son but – en demandant au groupe ciblé par les propos blessants de se déplacer – «était simplement [...] de protéger les clients visés, le temps d’expulser les clients homophobes qui étaient de passage à Québec» pour le Festival d’été.

«Le Dagobert engage des personnes de la diversité depuis le début des années 80 [...]. Aucun comportement homophobe n’a jamais été toléré, et ne le sera, au Dagobert», insiste le bar, qui s’est engagé lundi à mieux former ses employés et à organiser un événement caritatif pour «promouvoir l’acceptation de la diversité».