Baisse de production de pois chiches: une pénurie de houmous à l’horizon? | 24 heures
/portemonnaie

Baisse de production de pois chiches: une pénurie de houmous à l’horizon?

Image principale de l'article Une pénurie de houmous à l’horizon?
AFP

L’une des rares protéines végétales encore abordables serait sur le point de ne plus l’être. Une baisse de production mondiale de pois chiches laisse présager une hausse du prix du houmous au cours des prochains mois. Une pénurie pourrait même survenir.

• À lire aussi: Cette pizza vous montre comment les prix vont continuer à augmenter cette année

• À lire aussi: Flambée du prix du blé et guerre en Ukraine: des conséquences catastrophiques à venir

Utilisés dans la production du houmous et de la farine ou encore pour ajouter à des soupes ou à des currys, les pois chiches, qui font partie intégrante de l’alimentation indienne et moyen-orientale depuis très longtemps, ont gagné en popularité aux États-Unis et au Canada au cours des dernières années. 

L’offre mondiale de pois chiches pourrait toutefois chuter jusqu’à 20% cette année, en raison des difficultés d’approvisionnement liées à la guerre en Ukraine et aux mauvaises conditions météorologiques, avance la Confédération internationale des légumineuses (GPC) dans un récent rapport. Au Canada, on indique une baisse des zones de plantations de 17% pour l'année 2022-2023 ce qui pourrait mener à une baisse de production de 39%. 

La Russie, grande exportatrice

Tout comme le blé et le maïs, la demande pour les pois chiches a explosé à la suite du déclenchement de l'invasion de la Russie en Ukraine. À elle seule, la Russie produit le quart de la production mondiale de pois chiches.

Les agriculteurs aux États-Unis, qui représentent le quatrième exportateur mondial en pois chiches, en ont quant à eux planté moins en 2022. En raison du mauvais temps, plusieurs producteurs ont en effet préféré miser sur des cultures plus lucratives comme le blé. 

Alors que l'offre en pois chiches diminue dans les pays exportateurs d’Europe, les importateurs d’Asie du Sud et de la Méditerranée se bousculent au portillon pour récupérer les récoltes américaines, ce qui accentue la pression sur les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Déjà des hausses de prix 

Pour finir, les problèmes de transport compliquent encore davantage l’approvisionnement, contribuant aux hausses de prix, a indiqué à Reuters Navneet Singh Chhabra, directeur de Shree Sheel International, une firme de courtage dans l’industrie des légumineuses.

Le resserrement de l’offre a déjà contribué à faire grimper les prix aux États-Unis, où un bond de 12% du prix des pois chiches a été observé en épicerie. Le prix du houmous aurait également augmenté de 6,9% depuis 2019, selon les récentes de NielsenIQ, une compagnie d’analyse de données.