La crypto, à vos risques et périls: le parcours hasardeux de l’investisseur | 24 heures
/bref

La crypto, à vos risques et périls: le parcours hasardeux de l’investisseur

s

L'engouement pour les cryptomonnaies a convaincu plus d’un investisseur débutant de mettre son argent dans ces actifs dont la valeur fluctue sans cesse. On s’est plongés dans le monde de l’investissement en crypto pour se mettre à leur place et voici quelques obstacles dont il faut se méfier si l’on décide de se lancer dans cette voie. 

• À lire aussi: La cryptomonnaies, «un problème croissant» pour le climat

• À lire aussi: Des pirates ont volé 804 M$ en crypto avec une fausse offre d’emploi

Quand on veut investir en crypto, on ne va pas voir son conseiller à la banque: on va sur internet. Alors, c’est ce qu’on a fait.  

Lorsqu’on a commencé à s’informer sur de bons moyens d’investir, presque instantanément, l’algorithme des réseaux sociaux s’est rendu compte qu’on s’informait sur le sujet et a commencé à nous proposer de nous abonner à des traders, des personnes qui gagnent leur vie en investissant en crypto. 

Rapidement, certains d’entre eux se sont mis à nous écrire directement afin de nous proposer «d’investir avec eux» dans le bitcoin.  

Un stratagème courant

L’une des propositions qu’on nous a faites: remettre 500$ à l’un des influenceurs qui nous ont approchés, pour supposément recevoir 2500$ en moins de 24 heures grâce au «minage du bitcoin» qui générerait les profits. 

Trop beau pour être vrai? Évidemment!  

Ce modus operandi est un stratagème d’arnaque déjà bien documenté par l’Autorité des marchés financiers (AMF). 

«Souvent, les gens n’ont pas pris encore la décision d’investir dans les “cryptoactifs” et, au début, on leur demande seulement 100$, 200$, 500$», explique Sylvain Théberge, porte-parole de l’AMF. Une fois que l’argent est envoyé au trader, celui-ci disparaît tout simplement avec le magot.  

Les sommes peuvent grimper si on se fait demander d’investir encore plus pour faire grossir notre mise, prévient l’AMF. «Il y a des gens qui se sont fait vider complètement en disant: “J’étais confiant que ça allait fonctionner”», rapporte Sylvain Théberge.  

Ce genre d’histoire est très courante, selon lui. Depuis 2020, l’AMF constate que les signalements pour fraude impliquant les cryptomonnaies ont explosé. En 2020, elle avait reçu 41 signalements. En 2021, l’année où le bitcoin a atteint son plafond historique de 68 000$ US, leur nombre a grimpé à 272.  

Après les six premiers mois de 2022, les signalements ont pratiquement égalé ceux de 2021.  

«On est partis pour avoir probablement une année qui pourra aller de 300 à 350 signalements», fait savoir Sylvain Théberge.  

Selon lui, la clé pour éviter ce genre de scams, qui peuvent paraître très crédibles, c’est de ne jamais laisser quelqu’un d’autre que soi investir son argent.  

Les seules personnes qui peuvent investir à votre place sans commettre un acte illégal sont les courtiers en valeurs mobilières, rappelle le porte-parole de l’AMF.  

Ce travail demande une certification précise qui est régie par la Loi sur les valeurs mobilières.  

Bref, prenez garde dès le départ, puisque, dans notre cas, la première chose qui nous est apparue après avoir cherché un peu sur la crypto, ce sont des gens qui tentaient de nous arnaquer. 

• À lire aussi: Non, votre ami ne s’est (probablement) pas découvert une passion pour la crypto sur Instagram

Sylvain Théberge, porte-parole de l'Autorité des marchés financiers

Sylvain Théberge, porte-parole de l'Autorité des marchés financiers

Le Far West des formations en ligne 

Alors si on veut investir soi-même en crypto sans passer par un intermédiaire, qui peut nous apprendre à le faire?  

YouTube, TikTok et Instagram regorgent de traders qui parlent des cryptomonnaies en vogue et qui offrent des conseils gratuitement, mais il est aussi possible de trouver facilement des gens qui offrent des cours payants sur internet. Et parmi toutes ces possibilités, difficile de trouver qui est véritablement qualifié pour nous aider, car le milieu est tout jeune.  

Après avoir approché divers formateurs en ligne dont les cours pouvaient coûter jusqu’à 5000$, on a finalement suivi deux cours auprès de l’entreprise Crypto Mentor (cryptomentor.ca), qui offrait ses services pour 100$ la séance d’une heure. C’est la première entreprise à nous avoir offert un «cours pour débutant», alors que d’autres formateurs ne nous ont jamais répondu ou ont affirmé avoir des formations trop avancées pour nous.  

Outre les informations contenues sur son site web, Crypto Mentor reste plutôt opaque. Nous n’avons trouvé aucune entreprise inscrite au nom de «Crypto Mentor» au Registraire des entreprises du Québec (REQ).  

Lors des deux cours qu’on a suivis sur Zoom, notre formateur s’est présenté comme un «passionné» qui a beaucoup appris en seulement deux ans d’investissement en crypto.  

Comme bien des formateurs crypto, il s’appuie sur son expérience dans le domaine, sans présenter de qualifications en investissement, en éducation ou en finances. Il nous a d’abord résumé en quoi consistaient les cryptomonnaies et nous a offert un portrait du paysage de l’investissement numérique.  

• À lire aussi: Trois choses qui ont mené à la chute spectaculaire des cryptomonnaies

• À lire aussi: Trois questions pour mieux comprendre (et réagir) face au déclin des marchés boursiers

Paradis fiscaux

Lors du second cours, il a partagé avec nous un moyen de ne pas déclarer à l’impôt les gains réalisés avec la cryptomonnaie.  

On a communiqué les détails de cette stratégie à Alexandre Ferreira-Silva, CPA et fondateur de la firme Crypto Impôts, spécialisée dans la comptabilité de la cryptomonnaie.  

«Au niveau de l’impôt, ce qu’il décrit comme transaction, c’est de l’évasion fiscale», dénonce le comptable.  

Lorsque nous avons demandé à notre formateur s’il était conscient que la procédure qu’il a conseillée était illégale, il nous a répondu être au courant. Pour se justifier, il a répondu que «des failles, il y en a toujours eu et il va toujours y en avoir».  

Que des gens donnent ce genre de conseil inquiète Alexandre Ferreira-Silva. 

«Écouter des gens qui n’ont pas nécessairement les compétences fiscales ou les compétences pour donner ce type de conseils là... il faut faire attention», laisse-t-il tomber.  

Un spécialiste de la blockchain qui tient à rester anonyme met en garde les gens qui voudraient investir en crypto, même s’ils ont suivi une formation. 

«On est vraiment dans le Far West. Il y a de nombreux risques qui sont présents pour les citoyens. Et le Canada, dans son rôle, va devoir se positionner [pour encadrer ce système d’échange].»  

En gros, la personne qui vous donne un cours n’a pas nécessairement de formation dans le domaine et vous conseille de placer votre argent dans un milieu volatil. Écoutez-les à vos risques et périls, comme on dit!  

• À lire aussi: 2 entrepreneurs populaires sur TikTok nous expliquent la clé de leur succès

• À lire aussi: Méfiez-vous des jeunes qui prétendent s’enrichir avec le dropshipping

Pourquoi l’investissement en crypto est-il aussi risqué? 

Nos démarches nous ont fait réaliser qu’il est difficile, pour un néophyte, d’investir en crypto en toute connaissance de cause sans tomber sur des arnaques ou sur des formateurs à l’expertise douteuse. 

Selon nos recherches, peu de courtiers en valeurs mobilières ou de planificateurs financiers vont recommander l’investissement en crypto, et plusieurs n’ont pas non plus les connaissances requises. 

C’est un monde risqué qui est encore trop opaque pour que les gens y mettent beaucoup de leurs avoirs, selon Geneviève Tellier, professeure en finances publiques à l’Université Ottawa. 

«Qui gère cette monnaie-là? Qui l’émet? Est-ce que cette monnaie-là peut disparaître demain matin?» soulève-t-elle. 

Cela s’explique par l’anonymat relatif qui existe sur la blockchain, selon Mathieu Legault, un formateur en crypto que nous avons rencontré parce qu’il faisait des vidéos éducatives sur TikTok.  

«Quelqu’un peut se créer un compte Twitter, ne pas nécessairement mettre ses vraies informations, créer un portefeuille numérique, créer un projet crypto et ramasser des fonds, puis disparaître avec les fonds. C’est quelque chose qui est assez courant, malheureusement, dans le monde de la crypto», relate-t-il. 

Au Québec par exemple, le projet Marsan Exchange est en évaluation devant l’Autorité des marchés financiers pour vérifier s’il a dépouillé de leurs avoirs de jeunes investisseurs. Selon Mathieu Legault, la faille réside dans le fait qu’au Québec et au Canada, «il n’y a pas de régulation si [on veut] créer une nouvelle crypto: par exemple, [on n'a] pas à enregistrer une entreprise». 

Il est donc difficile de distinguer quelle crypto sera véritablement le jackpot quand on veut investir. 

Le récent krach de la crypto a d’ailleurs dissuadé bon nombre d’investisseurs débutants de faire leurs premières armes.  

La cryptomonnaie est bien là pour de bon, malgré les hauts et les bas, estime un expert de la blockchain. Ce serait grâce à la technologie de la blockchain qui soutient ces jetons numériques. 

Geneviève Tellier, professeure en finances publiques à l'Université d'Ottawa

Geneviève Tellier, professeure en finances publiques à l'Université d'Ottawa

Un «huard numérique»?

La Banque du Canada a déjà amorcé des réflexions sur l’idée d’émettre une monnaie numérique stable. Bien qu’aucune décision n’ait été prise quant à l’émission éventuelle d’un «huard numérique» par la banque centrale, elle s’est associée en mars avec le Massachusetts Institute of Technology (MIT) «pour découvrir comment les technologies avancées pourraient influer sur la conception éventuelle d’une [monnaie numérique de la banque centrale]».  

Les îles Marshall et le Venezuela ont déjà adopté des monnaies numériques nationales, et les Émirats arabes unis prévoient de déménager une majorité des transactions du gouvernement sur une blockchain d’État.  

En bref, d’ici à ce que les gouvernements prennent des mesures au Canada, si vous souhaitez investir en crypto, faites-le vous-même, renseignez-vous le plus possible en recoupant diverses sources et, surtout, ne mettez pas trop d’argent d’un seul coup. 

Légal ou pas légal? 

  • Quelqu’un que tu as payé te dit d’investir toi-même dans une crypto en particulier: LÉGAL
  • Quelqu’un que tu as payé te fait un plan d’investissement chiffré indiquant où placer ton argent dans la crypto en te promettant des revenus GARANTIS: ILLÉGAL
  • Quelqu’un te demande de lui prêter de l’argent pour qu’il l’investisse à ta place et te rende les profits: ILLÉGAL
  • Quelqu’un montre les gains qu’il a faits sur Instagram grâce à une crypto dans laquelle il a investi. Il invite le plus de gens à investir dans cette crypto: LÉGAL, mais attention, ça peut être une arnaque
  • Un inconnu t’écrit en message privé pour t’inviter à investir dans la crypto: LÉGAL, mais attention, ça peut être une arnaque

Pourquoi un tel engouement? 

Pourquoi autant de gens veulent-ils investir en crypto, malgré toutes les complexités que cela comporte? 

L’engouement est principalement alimenté par la spéculation sur les réseaux sociaux, mais il vient aussi de la situation économique actuelle, selon Geneviève Tellier, professeure en finances­­­ publiques à l’Université d’Ottawa.  

«On pense sans doute qu’on va aller dans une récession. La Bourse ne va pas très bien, en ce moment. On le voit à cause de l’inflation. Alors, qu’est-ce qu’il y a d’autre? On cherche d’autres endroits [où placer son argent]», explique-t-elle. 

La promesse de voir son argent se décupler est alléchante, et d’autant plus quand on voit les témoignages en ligne de ceux qui ont du succès financier en cryptomonnaie, ainsi que des histoires de grands succès comme celle du bitcoin. 

Une autre vidéo qui pourrait vous intéresser: 

s

Sur le même sujet