La Russie maltraite, en secret, des Ukrainiens dans ses «camps de filtration» | 24 heures
/panorama/guerre-en-ukraine

La Russie maltraite, en secret, des Ukrainiens dans ses «camps de filtration»

Des Ukrainiens faisant la file en mars dernier dans la ville d'Irpin, près de Kyïv.
AFP

Des Ukrainiens faisant la file en mars dernier dans la ville d'Irpin, près de Kyïv.

Des milliers d’Ukrainiens déportés de force vers des régions isolées de la Russie sont contraints de passer par des «camps de filtration», où ils subissent des traitements horribles aux mains de soldats russes, dénonce un nouveau rapport européen.

• À lire aussi: Des femmes ukrainiennes visées par des réseaux de trafic humain

• À lire aussi: Moscou aurait perdu plus du quart de ses tanks en Ukraine

Moscou aurait expulsé entre 900 000 et 1,6 million d’Ukrainiens, dont 260 000 enfants, qui habitaient des régions ukrainiennes désormais sous contrôle russe, selon les autorités américaines.  

«Une grande partie» de ces déportés sont ensuite dirigés de force vers une vingtaine de «camps de filtration» le long de la frontière russo-ukrainienne. Les autorités russes tenteraient d’y identifier les citoyens qui entretiennent des liens avec le gouvernement, l’armée, ou encore les médias en Ukraine, dénonce un nouveau rapport de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) obtenu par l’AFP le 14 juillet. 

Interrogatoires brutaux, fouilles corporelles humiliantes, séparations des familles et détention dans des conditions sordides: les nombreux témoignages des survivants de ces camps brossent un portrait sombre du sort que Moscou réserve à ceux qu’elle soupçonne d’être son ennemi. 

Ceux qui ne passent pas le test «sont séparés des autres». Souvent, même, ils «disparaissent purement et simplement», soulignent les experts dont deux se sont rendus en Ukraine pour y récolter des témoignages. 

D’autres sont transférées dans les territoires séparatistes prorusses de Lougansk et Donetsk, «où ils sont détenus ou même tués». 

Le secrétaire d’État américain, Anthony Blinken, a déclaré que «les preuves s’accumulent pour établir que les autorités russes tortureraient et feraient disparaître des milliers de civils ukrainiens qui ne passent pas ces filtrations».

• À lire aussi: Les territoires ukrainiens conquis par la Russie sont probablement perdus à jamais 

Contraints de devenir russe

Les citoyens sans histoire n’y échappent pas non plus, révèle le rapport de l’OSCE.

Détenus pendant de longues heures, ils sont interrogés et photographiés, avant que leurs empreintes digitales ne soient prélevées et le contenu de leur téléphone cellulaire examiné.  

Les soldats russes les obligeraient ensuite à signer des formulaires stipulant qu’ils renoncent à retourner en Ukraine, après quoi les familles sont souvent séparées, puis envoyées dans différentes régions russes – parfois les plus éloignées. 

AFP

Les autorités locales inciteraient ensuite ces Ukrainiens déplacés à obtenir la citoyenneté russe pour améliorer leur sort.  

Le 11 juillet, Vladimir Poutine a d’ailleurs signé un décret pour simplifier le processus de naturalisation pour tous les Ukrainiens afin qu’ils reçoivent leur citoyenneté russe. Il s’agit d’un nouvel effort de propagande destiné à alimenter le récit selon lequel les forces russes «délivreraient» les Ukrainiens en les accueillant chez eux.  

Selon les autorités ukrainiennes, Moscou aurait aussi vidé plusieurs orphelinats ukrainiens et aurait proposé ces enfants en adoption en Russie.