Nouveaux propriétaires: comment garder le cap sur vos finances avec le retour à la vie «normale»? | 24 heures
/portemonnaie

Nouveaux propriétaires: comment garder le cap sur vos finances avec le retour à la vie «normale»?

Image principale de l'article Comment garder le cap sur vos finances?
Shutterstock

Vous avez récemment acheté votre premier condo (ou votre première maison à la campagne, merci la pandémie!) et vous vous demandez maintenant comment garder le cap sur vos finances avec le tant attendu retour à la vie «normale»? Vous n’êtes pas seul!

Plusieurs nouveaux acheteurs se sont lancés tête première dans l’aventure et ont profité du ralentissement imposé par la COVID-19 pour faire gonfler leurs économies et acquérir une première propriété. 

«Toutes proportions gardées, la plupart d’entre eux sont âgés entre 30 et 60 ans», indique Alexandre Demets, conseiller en sécurité financière et représentant en épargne collective, partenaire de la Sun Life.

Maintenant, ces nouveaux acheteurs appréhendent l'éventuelle cohabitation des responsabilités associées à leur nouveau titre de propriétaire et des dépenses qui risquent de refaire surface. Voici quelques conseils pour garder vos finances équilibrées et éviter les débordements.

L’importance d’un budget   

Pour y arriver, il faut d’abord établir un budget: «C’est pas sexy, mais c’est nécessaire, admet Alexandre Demets. 

Le budget va montrer toutes les entrées et les sorties: droits de mutation immobilière, frais de notaire et de condo (si applicable), taxes scolaires et municipales, etc. Si ça peut juste démontrer que vous êtes en déséquilibre, c’est déjà ça de gagné.» 

«Les coûts pour vous loger ne devraient pas dépasser 25 % de votre salaire», poursuit-il. Aussi, mettre 10 % de vos revenus de côté permet en général de bien gérer les imprévus. Informez-vous du rendement de vos placements: il peut être plus avantageux de placer votre argent dans ceux-ci plutôt que de les mettre sur votre hypothèque!» 

Un fonds d’urgence ne fait pas de tort non plus: «Je conseille à mes clients qui comptent acheter une résidence d’avoir une réserve de 5 000 $ à 10 000 $, dit M. Demets. En tant que nouveau propriétaire, les premiers six mois, on a l’impression qu’il y a des trous dans nos poches: tondeuse, pelle, luminaires... trop de gens mettent leur argent dans leur hypothèque et n’ont plus rien pour le reste.»

Pour Sophie, 30 ans, la pandémie lui a permis d’accumuler assez d’argent pour acheter son premier duplex à LaSalle avec son amoureux. «Avant la COVID, j’avais zéro de côté et mes cartes de crédit étaient pleines; maintenant, mes cartes sont payées et j’ai 10 000 $ d’économies!», précise-t-elle.

Heureusement qu’elle a maintenant un fonds d’urgence, puisque sitôt emménagée, un arbre à couper et un dégât d’eau l’ont vite ramenée à la réalité.

L’épargne: votre meilleure alliée   

Shutterstock

Que ce soit pour augmenter votre mise de fonds, payer les futurs frais d’acquisition, rénover, ou simplement vous permettre de dormir sur vos deux oreilles, l’épargne est votre meilleure alliée dans le merveilleux monde de l’immobilier. 

Ayez recours à l’épargne automatique: «c’est le moyen le plus sûr de vous assurer de mettre les sommes souhaitées. Il sera toujours temps de diminuer le montant du virement», rappelle le conseiller en sécurité financière. 

Le jour où vous trouverez la propriété de vos rêves, n’hésitez surtout pas à recourir au régime d'accession à la propriété (RAP), dont a profité Sophie. Celui-ci permet de retirer jusqu'à 35 000 $ de votre régime enregistré d'épargne-retraite (REER) pour l'achat ou la construction d'une première résidence.

Respectez votre rythme  

Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, rien ne vous empêche de remettre votre projet à plus tard. De son côté, Julie, 24 ans, n’a eu d’autre choix que de revoir son projet: alors qu’elle et son chum souhaitaient s’installer dans une maison en Estrie, tous deux ont dû remettre ce plan dans le futur et se tourner vers un condo dans le quartier Mercier à Montréal.

«Une propriété venait d’être affichée et on n’avait même pas le temps de demander une visite qu’elle était déjà vendue, se rappelle-t-elle. On était vraiment tannés. On a fini par reporter le projet pour chercher un condo neuf. C’était plus simple et ça cadrait mieux dans notre budget.» 

Le fardeau pour se loger a également beaucoup augmenté: pour la première fois depuis au moins 30 ans, une maison moyenne située dans la région métropolitaine a vu son prix surpasser celui de son équivalent à Calgary. 

«J’ai déjà dit à des clients de ne pas acheter, parce qu’actuellement, ils sont assurés de payer beaucoup plus cher que le marché, relate le conseiller en sécurité financière.

Le volume des transactions immobilières a atteint le plus haut niveau des six dernières années. D’après l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), plus de 35 000 hypothèques ont été enregistrées au mois de mai (une croissance de 33 %). Au cumul, depuis janvier, cette hausse se chiffre à 49,8 %.

Gardez l’esprit ouvert  

On ne sait pas ce que l’avenir vous réserve: est-ce que le marché va stagner ou s’effondrer? Dans tous les cas, continuez d’épargner, puisque chaque mois qui passe solidifie votre situation et vous donne plus de chances de trouver chaussure à votre pied!

Pour garder le cap sur vos finances, demandez l’aide d’un professionnel. Un conseiller en sécurité financière vous aidera lors de votre retour à la vie «normale».

En collaboration avec

À lire aussi

Et encore plus