Cet homme fait une tournée de 10 jours pour offrir son sperme aux femmes qui souhaitent se faire inséminer artificiellement | 24 heures
/sdc

Cet homme fait une tournée de 10 jours pour offrir son sperme aux femmes qui souhaitent se faire inséminer artificiellement

Image principale de l'article Il part en tournée pour offrir son sperme
Instagram spermdonationworld

Un Australien de 37 ans a entrepris un making baby tour de 10 jours, dans le but d’offrir son sperme aux femmes qui souhaitent se faire inséminer artificiellement, selon ce que rapporte le Courier-Mail.

Adam Hooper, dont le sperme a été utilisé pour permettre la conception de plus de 20 bébés, est actuellement à Brisbane, dans l’ouest de l’Australie, pour sa tournée.

• À lire aussi: Kim Kardashian serait prête «à manger du caca tous les jours» pour rester jeune

Le week-end prochain, il animera un séminaire et toutes les femmes qui y assisteront et qui sont dans leur période d’ovulation pourront recevoir un verre contenant le sperme de M. Hooper, a-t-on fait savoir.

Et puisque vendre son sperme est illégal en Australie, elles n’auront pas à débourser un seul sou pour obtenir le précieux liquide.

Adam Hooper s’attend d’ailleurs à ce que de nombreuses femmes dans la trentaine ou la quarantaine assistent à son séminaire.

• À lire aussi: Le médecin de Kourtney Kardashian lui recommande de boire le sperme de Travis 4 fois par semaine

Une tournée controversée

L’initiative a attiré son lot de critiques en Australie. Plusieurs citoyens s’inquiètent notamment du manque de contrôle entourant les dons de sperme de M. Hooper.

Ce dernier assure qu’il subit des examens médicaux régulièrement et que son geste est complètement altruiste.

Habituellement, en Australie, un enfant conçu grâce à un don de sperme ne peut rencontrer son géniteur avant l’âge de 18 ans.

• À lire aussi: Elle glisse du sperme de son mari dans ses gâteaux avant de les donner à ses élèves

Adam Hooper invite néanmoins ses éventuels «enfants» à entrer en contact avec lui dès qu’ils le souhaiteront.

«Je ne serai pas leur parent, mais s’ils veulent, les enfants peuvent avoir une photo de moi ou m’appeler en cas de besoin», a-t-il affirmé.

«Je veux que les enfants puissent être au courant d’où ils viennent. Il y a trop de jeunes issus de la procréation assistée qui passent des années à retrouver leur père», a ajouté M. Hooper.

Le trentenaire a d’ailleurs démarré la page Facebook «Sperm Donation Australia», grâce à laquelle il met en contact des couples ou des femmes monoparentales avec des donneurs. Son initiative aurait permis la naissance de plus de 900 bébés.

À voir aussi sur le Sac de chips: 

s

s

s

Sur le même sujet