Les vaccins contre la COVID-19 affecteraient bel et bien le cycle menstruel, selon une étude | 24 heures
/bref

Les vaccins contre la COVID-19 affecteraient bel et bien le cycle menstruel, selon une étude

Image principale de l'article Les vaccins auraient un impact sur les règles
AFP

Une récente étude a finalement démontré l’impact des vaccins sur les cycles menstruels, alors que près de la moitié des personnes sondées ont avoué avoir eu davantage de saignements après avoir été vaccinées. 

• À lire aussi: Les hommes trans responsables d’une pénurie de tampons, selon une élue républicaine

• À lire aussi: Les gars, les menstruations, ça vous concerne aussi

Cette première recherche substantielle publiée vendredi dernier dans le journal Science Advances inclut plus de 39 000 personnes âgées de 18 à 80 ans ayant un cycle menstruel régulier, adéquatement vaccinées (deux doses) et qui n’avaient pas contracté la COVID-19. 

De ce nombre, 42% ont affirmé saigner davantage qu’à l’habitude et 44% n’ont signalé aucun changement après avoir été vaccinées, soit avec des doses de Pfizer, Moderna, AstraZeneca, Johnson & Johnson ou Novavax.

AFP

L’enquête a débuté en avril 2021, alors que plusieurs personnes rapportaient des saignements menstruels inattendus et plus abondants qu’à l’habitude après s’être fait vacciner. Or, à l’époque, il n’y avait pas de données sur la corrélation entre menstruations et vaccination.

Parmi les répondants qui n’ont généralement pas de règles, 71% des personnes prenant des contraceptifs réversibles à longue durée d’action, 39% des personnes prenant des hormones et 66% des personnes postménopausées ont signalé des hémorragies vaginales extrêmes. 

Les chercheurs rapportaient, dans une version non révisée, que l’augmentation ou l’écoulement des saignements était majoritairement associé à l’âge, aux effets secondaires du vaccin (fièvre, fatigue), aux antécédents de grossesse ou d’accouchement et à l’origine ethnique. 

Une autre étude publiée plus tôt cette année a également révélé que les vaccins contre la COVID-19 sont associés à un léger changement de la durée du cycle menstruel.

• À lire aussi: L’Espagne donnera trois jours de congés menstruels payés aux femmes

La co-auteure de l’étude, Katherine M.N. Lee, a déclaré que dans l’ensemble, la menstruation est sous-évaluée lorsqu’elle n’est pas en lien avec la grossesse.

«C’est ignoré en raison de la structure de la science», a déclaré la professeure adjointe à l’Université de Tulane. «Il y a très peu de cadres supérieurs en sciences et en médecine qui ne sont pas des hommes blancs. Ce n’est tout simplement pas quelque chose auquel ils pensent dans le cadre de leur expérience vécue.»

Les études cliniques en cause

«Avant le lancement de la campagne de vaccination, je dirais que nous ne savions rien du lien entre l’immunisation et les changements menstruels en général», a déclaré à NBC Candace Tingen, directrice de programme à l’Institut national de la santé infantile et du développement humain des États-Unis. 

La plupart des essais pharmaceutiques des vaccins contre la COVID-19 n’ont pas inclus de questions sur les modifications du cycle menstruel, ce qui est une erreur, selon Mme Tingen.

«C’est vraiment ce manque d’information qui, selon moi, a causé la confusion, la peur et peut-être une hésitation à se faire vacciner», a-t-elle ajouté à la chaîne américaine. 

Avec les informations de NBC

À VOIR AUSSI

s