Taux variable, taux fixe? Quatre stratégies pour mieux absorber la hausse des taux d’intérêt | 24 heures
/portemonnaie

Taux variable, taux fixe? Quatre stratégies pour mieux absorber la hausse des taux d’intérêt

Image principale de l'article Des stratégies pour absorber la hausse des taux
Photomontage: Julie Verville

Devrais-je me tourner vers un taux d’intérêt fixe maintenant que le taux variable augmente? La question est sur toutes les lèvres des propriétaires depuis plusieurs semaines. Même s’il n’existe aucune manière d’y échapper, vous pouvez tout de même revoir votre stratégie en termes de paiement pour éviter de vous retrouver coincé.

• À lire aussi: Taux directeur à 2,50%: voici concrètement comment ça vous affecte

La Banque du Canada a créé la surprise mercredi dernier en annonçant une hausse de 1% du taux directeur, le portant à 2,50%. C’est pour freiner l’inflation galopante que la banque centrale a pris les grands moyens, au détriment des portefeuilles des propriétaires. Et comme d’autres hausses (!) sont prévues en septembre et en décembre, c’est le moment d’évaluer votre situation. Voici trois suggestions.

1 - Le taux variable aux mensualités du taux fixe

Si vous hésitez entre un taux variable (qui fluctue en fonction du marché) et un taux fixe (qui ne change pas pendant la durée du terme) pour votre hypothèque, rien ne vous empêche de calculer votre paiement hypothécaire en fonction du taux fixe tout en optant pour le taux variable. C’est du moins ce que nous a conseillé Denis Doucet, le porte-parole de Multi-Prêts.

Prenons par exemple un taux variable à 3% et un taux fixe à 4,5%. Il est possible de calculer votre paiement hypothécaire en fonction du taux fixe à 4,5%, mais choisir le taux variable à 3%. De cette manière, en faisant des paiements plus élevés chaque mois, vous rembourserez votre capital (le montant emprunté) plus rapidement. Ainsi, quand les taux d’intérêt augmentent, votre budget ne prend pas un coup!

• À lire aussi: Quel est le lien entre le taux directeur et l’inflation?

2 – Versements fixes avec un taux variable

Lorsqu’on choisit un taux variable, le taux est révisé à chaque date de versement. Si vos versements hypothécaires sont mensuels, votre taux est donc revu à la hausse ou à la baisse aux quatre semaines. Si vous souhaitez souffler un peu et éviter les fluctuations du marché sur votre versement mensuel, certaines banques offrent l’option des versements fixes avec un taux variable.

Si le taux d’intérêt augmente, une plus grande portion des paiements est appliquée aux intérêts et inversement, si le taux d’intérêt diminue, une plus grande portion est appliquée au capital. De cette façon, vous remboursez votre hypothèque plus rapidement. Mais si le taux d’intérêt sur le marché atteint un certain pourcentage déterminé au contrat, vous recevrez un appel de votre banque pour ajuster les paiements. 

Cette stratégie peut être avantageuse à court terme comme elle n’implique pas de mauvaises surprises à votre budget. Cependant, vous aurez peut-être à augmenter vos versements hypothécaires lors de votre renouvellement pour garder la même période d’amortissement ou à prolonger votre terme pour maintenir des versements plus bas. 

• À lire aussi: L'inflation grimpe à 9,1% aux États-Unis

3 - Prolonger l’amortissement de son prêt

Si la situation actuelle vous donne l’impression d’être pris à la gorge, vous pourriez être poussés à diminuer votre paiement hypothécaire mensuel quitte à allonger la durée totale de votre prêt, soit l’amortissement. En général, la période d’amortissement hypothécaire la plus commune est de 25 ans et elle ne peut excéder ce terme si votre mise de fonds est de moins de 20%.

Il faut être bien conscient que cette option s’accompagne d’intérêts sur une plus longue période et elle doit se négocier à votre renouvellement hypothécaire.

• À lire aussi: Les chiffres le confirment: le marché immobilier se calme partout... sauf à Québec

4 – Passer au taux fixe

L’annonce de la banque du Canada a créé une onde de choc, ce qui amène plusieurs propriétaires à réfléchir à la possibilité de prendre la voie du taux fixe. 

«Ce n’est pas un vent de panique, mais c’est une inquiétude certaine. On a beaucoup d’appels de gens qui ont un taux d’intérêt variable et qui souhaitent faire des calculs pour aller vers un fixe», a confié Denis Doucet de Multi-Prêts au 24 heures.

Ce dernier conseille généralement aux jeunes acheteurs – ou aux personnes qui ont une moins grande marge de manœuvre – d’opter pour le taux fixe afin d’éviter les mauvaises surprises.

Cette avenue peut sembler contre-intuitive comme le taux fixe est encore à ce jour nettement supérieur aux taux variables en vigueur, mais ce choix prudent permet aux propriétaires de s’habituer à vivre avec un paiement hypothécaire et le lot de dépenses imprévues liées à l’achat d’une propriété. Au renouvellement hypothécaire, si on sent qu’on a les reins plus solides, rien n’empêche d’aller vers un taux variable. 

Le porte-parole de Multi-Prêts rappelle que la proportion du paiement d’hypothèque sur le budget total demeure la première chose à regarder quand on achète une propriété. Il est généralement conseillé que ce poste de dépense représente tout au plus le tiers du budget.

La vraie question à se poser n’a en fait rien de financier: quelle est la qualité de vie que je souhaite mener? Est-ce que je souhaite fonder une famille bientôt? Changer la voiture? En ayant les réponses à ces questions, vous pourrez déterminer la proportion de votre budget que vous souhaitez consacrer à vos paiements hypothécaires, à votre épargne et à vos dépenses quotidiennes.

Sources : Banque du Canada, Banque Nationale.

Sur le même sujet