Elisabeth Rioux brise son silence | 24 heures
/billie

Elisabeth Rioux brise son silence

Il y a deux semaines, on apprenait que l’ex-conjoint d’Elisabeth Rioux, Bryan McCormick, avait écopé de six mois de prison. Elisabeth n’avait pas encore commenté la situation, jusqu’à hier. 

• À lire aussi: Violence conjugale: l'ex d'Elisabeth Rioux a enfin reçu sa sentence après avoir plaidé coupable

La sentence est tombée presque deux ans après qu’Elisabeth a porté officiellement plainte, en septembre 2020. Son ex avait ensuite plaidé coupable en décembre 2021 de voies de fait et de menaces de mort envers la jeune femme dans un contexte de violence conjugale. Les gestes avaient été posés alors qu’elle était enceinte et se sont étirés quelques mois après la naissance de leur fille, Wolfie.

La jeune femme de 25 ans était restée discrète au sujet de l’annonce de la sentence, qui fut dévoilée dans les médias le 5 juillet 2022. Elle a finalement choisi de briser son silence en soirée, le 18 juillet. C’est par le biais d’une publication Instagram qu’elle a expliqué ce qu'elle a ressenti lorsque le verdict est tombé.

«Cela fait deux heures que j’essaie de trouver quoi écrire, en fait, cela fait plus longtemps que cela, puisque je n’ai pas pris le temps d’écrire mes pensées depuis un moment sur Instagram, comme j’avais l’habitude de le faire», a-t-elle écrit sous une photo d’elle en voyage aux Bahamas.

«Plusieurs d'entre vous l’ont vu dans les médias, mon ex a reçu sa sentence et ira en prison. Depuis, je ressens la pression de dire quelque chose, mais honnêtement, je n’ai pas de mots, pas d’émotions (ou trop d’émotions?)... J’aimerais être forte et dire “wow, on a réussi”, mais je me sens coupable de ne pas en faire assez.»

Elisabeth poursuit en avouant ses craintes et ses angoisses face à tout ce processus.

«Honnêtement, quand c’était le temps d’aller au tribunal pour la sentence, j’avais si peur, j’avais envie de tout arrêter là, et si ce n’était que de moi, je l’aurais probablement fait parce que je n’arrête pas de penser que la situation peut aller dans deux sens: idéalement, il ira en prison et prendra le temps de réfléchir pour devenir une meilleure personne, mais de l’autre côté, il pourrait aussi accumuler de la rancœur et, qui sait ce qu’il pourrait faire lorsqu’il sortira. J’ai des cauchemars à propos de cela, je ne me sens pas comme la “femme forte” que les gens pensent que je suis.»

L’entrepreneure a terminé son message en avouant qu’elle se sentait «vide, apeurée et pas fière». Elle a aussi demandé à ses abonnés d’arrêter de lui écrire à ce sujet, car même si elle veut aider les gens à se sortir de situations semblables, les réseaux sociaux doivent rester pour elle un safe space, où elle n’a pas à être aux prises avec cette situation constamment.

Sous la publication touchante, les amis et les abonnés d’Elisabeth lui envoient beaucoup d’amour et notent, avec justesse, qu’avouer ses faiblesses est en fait une force.

On lui envoie beaucoup d’amour durant cette période difficile!

À voir aussi: 

s

s

Sur le même sujet