La vague de chaleur en Europe génère une pollution à l’ozone, alerte Copernicus | 24 heures
/environment

La vague de chaleur en Europe génère une pollution à l’ozone, alerte Copernicus

Image principale de l'article Elle générerait une pollution à l’ozone
AFP

La canicule et la sécheresse qui frappent actuellement l’Europe exacerbent le risque d’incendie ainsi que la pollution à l’ozone, a averti mardi le service européen sur le changement climatique Copernicus. 

• À lire aussi: Vague de chaleur en Europe: 13 villes qui ont battu des records de température dans les derniers jours

• À lire aussi: Kylie Jenner critiquée pour avoir utilisé son jet privé pour un vol de 12 minutes

• À lire aussi: Pour réduire la pollution, les Pays-Bas limiteront les vols vers Amsterdam

L’ozone se forme lorsque les émissions provenant des combustibles fossiles et d’autres polluants d’origine humaine, comme les voitures, réagissent à la présence de la lumière du soleil. C’est un important gaz à effet de serre et un composant du smog urbain qui nuit à la santé humaine et inhibe la photosynthèse des plantes.

«Les impacts potentiels d’une très forte pollution par l’ozone sur la santé humaine peuvent être considérables, tant en matière de maladies respiratoires qu'en matière de maladies cardiovasculaires», explique Mark Parrington, scientifique du service de surveillance de l’atmosphère à Copernicus.

Selon lui, un taux élevé d’ozone de surface peut provoquer des maux de gorge, de la toux, des maux de tête et un risque accru de crises d’asthme.

L’ozone est également une préoccupation majeure pour les régions agricoles et la sécurité alimentaire.

Les scientifiques ont déjà détecté une «pollution extrêmement élevée par l’ozone de surface» dans toute l’Europe occidentale et méridionale, notamment au-dessus de la péninsule ibérique et de certaines parties de l’Italie du Nord.

Si la situation doit s’améliorer dans la péninsule ibérique, des niveaux d’ozone de surface très élevés pourraient «affecter les régions du nord-ouest au cours des prochains jours».

Les concentrations d’ozone «devraient atteindre un pic entre le 18 et le 20 juillet, avant de diminuer».

Par ailleurs, «la canicule européenne exacerbe également l’ampleur et l’intensité des incendies de forêt», souligne Copernicus.

Dans le sud-ouest de la France, deux incendies massifs ont détruit des pans entiers de forêt ainsi que des campings.