Inflation à 8,1%: les trois principaux facteurs qui ont mené à cette nouvelle hausse | 24 heures
/portemonnaie

Inflation à 8,1%: les trois principaux facteurs qui ont mené à cette nouvelle hausse

Image principale de l'article Inflation à 8,1%: ce qui a mené à cette hausse
sewcream - stock.adobe.com

Le taux d’inflation ne ralentit pas sa progression, bien au contraire. Il a continué d’augmenter en juin pour atteindre 8,1%, du jamais-vu depuis janvier 1983. Trois secteurs d’activités sont principalement attribuables à cette hausse fulgurante des prix à la consommation.

• À lire aussi: Taux directeur à 2,50%: voici concrètement comment ça vous affecte

• À lire aussi: Ratio d’endettement: voici comment savoir si vous êtes surendetté

1 – L’essence

Sans compter l’essence, l’inflation aurait atteint 6,5% en juin par rapport au même moment l’année dernière. Il s’agit donc de la composante qui a le plus contribué à l’inflation globale. Entre juin 2021 et juin 2022, les consommateurs ont payé 54,6% (!) de plus pour l’essence, après avoir payé 48% de plus en mai. 

«Les prix de l'essence ont essentiellement reflété les prix du pétrole brut, qui ont atteint un sommet au cours de la première semaine du mois de juin en raison de la croissance de la demande mondiale dans le contexte de l'assouplissement des restrictions de santé publique liées à la COVID-19 en Chine, soit le principal importateur de pétrole brut», peut-on lire dans le plus récent communiqué de Statistique Canada.

Il faut toutefois noter que le prix du pétrole brut a diminué lors des trois autres semaines du mois de juin en raison d’un ralentissement de la demande mondiale. Espérons que cette décélération donnera un coup de frein à l’inflation galopante!

igor rotari - stock.adobe.com

2 – Les coûts liés au logement

Comme c’était le cas en mai, les coûts liés au marché du logement neuf ont continué d’augmenter en juin en raison notamment des coûts élevés des matériaux de construction qui se maintiennent. Mais la bonne nouvelle, c’est que cette augmentation des dépenses pour le logement en propriété a été plus faible en juin (+12,2%) qu’en mai (+14,8%).

Dans la même veine, l’indice du coût de remplacement par le propriétaire – qui correspond aux prix des maisons neuves – a progressé de 10% en juin d’une année à l’autre, une augmentation inférieure à celle notée en mai (+11,1%).

Résultat : les prix du logement ralentissent! Cette stabilisation des prix était d’ailleurs prévisible en raison de la hausse des taux d’intérêt. 

3 – Les véhicules automobiles

L’indice des prix d’achat pour les voitures (autant neuves que d’occasion) a augmenté de 8,2% d’une année à l’autre en juin.

Cela s’explique simplement par le fort débalancement entre l’offre et la demande qui exerce une pression à la hausse sur les prix. Les constructeurs automobiles peinent toujours à répondre à la demande en raison notamment d’une pénurie de puces à semi-conducteur, mais aussi des problèmes d’approvisionnement et de production.

Une bonne nouvelle pour l’alimentation?

Après des hausses soutenues au cours des derniers mois, l’indice des prix des aliments serait-il sur le point de se stabiliser? Les prix liés à l’alimentation ont certes grimpé de 8,8% par rapport à juin 2021, mais ce secteur a peu augmenté depuis mai (0,1%). C’est d’ailleurs le même portrait pour les dépenses courantes, l’ameublement et l’équipement du ménage, qui ont subi une très légère hausse de 0,2% en un mois.

Difficile de savoir si ces faibles variations vont perdurer dans le temps, mais c’est un bon début!

À VOIR AUSSI

s