De la géothermie dans un quintuplex à Montréal | 24 heures
/environment

De la géothermie dans un quintuplex à Montréal

Le quintuplex de Francine Lauzon, dans Rosemont, et chauffé et climatisé grâce à un système géothermique.
Photo Joël Lemay, Agence QMI

Le quintuplex de Francine Lauzon, dans Rosemont, et chauffé et climatisé grâce à un système géothermique.

Un quintuplex de Rosemont est chauffé et climatisé par un système géothermique depuis un peu plus d’un an. Il s’agit d’une exception dans le paysage montréalais; on est allés à la rencontre des propriétaires des lieux pour en savoir plus sur cette technologie verte encore peu utilisée.  

• À lire aussi: Voici de quoi auront l'air les maisons du futur au Québec

• À lire aussi: Les condos Zibi, le premier développement One Planet Living au Canada

Pour avoir recours à la géothermie, il faut installer un système de tuyaux qui s’enfoncent à 150 pieds sous le sol. L’idée est de profiter de la température moyenne qui y est à 10 degrés pour réchauffer la résidence lorsqu’il fait froid et la climatiser durant les temps chauds, grâce à un liquide caloporteur qui circule à l'intérieur.    

Une telle quincaillerie coûte cher à installer : c’est pour ça qu’on voit normalement des systèmes de géothermie dans de grands immeubles, comme au Biodôme.  

Pourtant, le quintuplex de Francine Lauzon et Jacques Plante n’a rien d’une immense structure. C'est que le couple de propriétaires a accepté d’embarquer dans un projet-pilote lancé par la coopérative Celsius, qui vise à installer 50 systèmes géothermiques à Montréal, pour montrer la faisabilité du projet dans un milieu urbain.  

Francine Lauzon

Photo Joël Lemay, Agence QMI

Francine Lauzon

C’est d’abord pour l’environnement que Mme Lauzon s’est intéressée au projet. «Je ne suis pas écoanxieuse, mais ça me tient à cœur. Je ne sais pas dans quel monde on s’en va demain, et on doit faire tout ce qu’on peut», dit-elle.  

Au Québec, grâce à l’hydroélectricité, c’est déjà possible de se chauffer et de se climatiser en ayant un impact environnemental très faible. Mais dans les périodes de pointe l’hiver, la pression sur le réseau est forte – une situation qui risque d’être de pire en pire avec l’électrification de divers secteurs de l’économie, d’où l’intérêt de trouver d’autres options écoresponsables. 

Un système de géothermie doit être branché au réseau électrique, mais il fait baisser significativement la consommation – Hydro Québec estime des économies allant jusqu’à 60% sur les coûts de chauffage. 

Encore plus confortable  

Après être passée par les quatre saisons avec son système géothermique, Mme Lauzon le confirme : son logement est encore plus confortable.  

L’hiver, pas besoin de diminuer la température pour économiser l’énergie, même dans les pièces inoccupées. «Ça n’a pas d’impact sur la consommation du système», remarque-t-elle. 

Le système s’occupe aussi de rafraîchir l’immeuble. «Pour la première fois en 22 ans [depuis qu’elle est propriétaire de l’immeuble], j’ai l’air climatisé», lance Mme Lauzon. Et contrairement à un climatiseur traditionnel, ce système ne crée pas de chaleur supplémentaire et ne contribue donc pas aux ilôts de chaleur en ville.  

Le forage pour l'installation du système géothermique

Courtoisie Francine Lauzon

Le forage pour l'installation du système géothermique

• À lire aussi: Distribuer des ventilateurs pourrait sauver des vies lors des vagues de chaleur

Le grand inconvénient : les coûts d’installation 

L’inconvénient, c’est qu’installer un système de géothermie, c’est cher à court terme. 

Dans le cas de Mme Lauzon, la facture de l’installation du circuit souterrain (bon pour au moins 50 ans) s’élevait à 35 000 $ et le coût de la thermopompe (bonne pour 20 ans) à 12 000 $.  

Heureusement pour le couple, le fonctionnement de la coopérative Celsius leur permettra d’éponger la facture : Mme Lauzon paie une contribution de 1200$ par année pour le système sur une période de 15 ans avant d’en devenir officiellement propriétaire. Des subventions de plusieurs partenaires permettent à l’organisme de réaliser ce projet.  

Francine Lauzon en compagnie de Mathieu Dussault, président de la Coop Celsius

Joël Lemay / Agence QMI

Francine Lauzon en compagnie de Mathieu Dussault, président de la Coop Celsius

• À lire aussi: 500 000$ pour une maison incendiée à Montréal

En contrepartie, le système a fait diminuer la facture d’hydro de 887$ pour l'ensemble de l’immeuble de Mme Lauzon, malgré un hiver plus froid que l’année précédente et l’arrivée de la climatisation.  

L’immeuble a été construit en 1926, et ce n’est pas un obstacle à l’installation, au contraire : les tuyaux qui distribuent la chaleur passent par l’ancienne cheminée, qui a donc simplement été connectée avec le nouveau système géothermique. «Un excellent exemple de réutilisation du patrimoine bâti», souligne Francine Lauzon. 

Les tuyaux qui font circuler le liquide entre la thermopompe et le système circulaire à 150 pieds sous le sol

Courtoisie Francine Lauzon

Les tuyaux qui font circuler le liquide entre la thermopompe et le système circulaire à 150 pieds sous le sol

Vous êtes intéressés à bénéficier du programme de Celsius qui aide à avoir de la géothermie dans son immeuble? Vous pouvez écrire directement à coop.celsius@gmail.com ou remplir un formulaire sur le site internet de Solon, un organisme à but non lucratif qui a pour objectif de mettre sur pied des projets visant à accélérer la transition écologie comme Celsius, pour discuter de votre intérêt à faire la transition.  

À VOIR AUSSI

s