AVC et hypertension: les personnes qui font la sieste plus à risque? | 24 heures
/bref

AVC et hypertension: les personnes qui font la sieste plus à risque?

Image principale de l'article AVC: les amoureux des siestes plus à risque?
Photo Adobe Stock

Si vous aimez faire la sieste, attention: vous pourriez être plus susceptible de souffrir d’hypertension artérielle ou de subir un accident vasculaire cérébral (AVC), selon une étude publiée lundi dans la revue Hypertension.

Une personne qui fait la sieste est 12% plus sujette à faire de l'hypertension, selon les résultats de l'étude, repris par le réseau américain CNN. Elle est également 24% plus susceptible de faire un AVC qu'une personne pour qui les siestes ne font pas partie de ses habitudes. 

Pour les participants à l'étude âgés de plus de 60 ans aimant faire la sieste, les risques de faire de l'hypertension grimpaient à 20%. 

Pour un résultat optimal, les chercheurs ont exclu de l'étude les participants à haut risque d'hypertension, comme ceux atteints de diabète de type 2, d'hypertension artérielle, d'hypercholestérolémie, de troubles du sommeil ou les travailleurs de nuit.

«Même si faire une sieste en soi n'est pas nocif, de nombreuses personnes en font parce qu'elles n'ont pas bien dormi la nuit précédente. Or, un sommeil mauvais peut être lié à des problèmes de santé que la sieste ne va pas réussir à compenser», a expliqué le psychologue Michael Grandner, directeur de la clinique de médecine comportementale du sommeil au Banner University Medical Center, en Arizona.

Les siestes plus longues sont les pires

L'étude ne définit pas ce qu'est une «sieste». Ce ne serait d'ailleurs pas toutes les siestes qui seraient associées à des risques de santé. 

«Si vous dormez pendant une heure ou deux, ce n'est pas vraiment une sieste. Une vraie sieste, c'est s'allonger de 15 à 20 minutes entre midi et 14 h, et ça, c'est 100% bénéfique», a précisé le Dr Raj Dasgupta, spécialiste du sommeil, en entrevue à CNN. 

Longues ou courtes, les siestes ne sont toutefois pas bonnes pour tout le monde. Les personnes qui souffrent d'insomnie chronique, par exemple, ne devraient pas faire une sieste, puisque celle-ci pourrait nuire à la qualité de leur sommeil une fois la nuit tombée.

De plus, les personnes qui font des siestes ont souvent d'autres mauvaises habitudes de santé, comme fumer des cigarettes ou consommer beaucoup d'alcool, deux facteurs qui pourraient avoir un impact sur la quantité et la qualité de sommeil d'une personne, selon le docteur. 

«La sieste est un signe avant-coureur d'un trouble du sommeil sous-jacent chez certaines personnes. Les troubles du sommeil sont souvent liés à une augmentation du stress et des hormones de régulation du poids qui peuvent éventuellement conduire à l'obésité, l'hypertension artérielle ou au diabète de type 2. Ce sont tous des facteurs de risque de maladie cardiaque», a expliqué à CNN le Dr Dasgupta.