L’humanité a consommé tout ce que la planète peut produire en un an | 24 heures
/environment

L’humanité a consommé tout ce que la planète peut produire en un an

Image principale de l'article On a consommé tout ce que la planète peut produire
AFP

L'humanité a consommé jeudi l’ensemble de ce que la planète peut produire en un an sans s’épuiser. Elle vivra donc le reste de l’année à crédit, ont averti les ONG Global Footprint Network et WWF.

• À lire aussi: Et si on utilisait les ressources d'une seule planète? Voici de quoi notre vie quotidienne aurait l'air

Pour le dire de façon imagée, il faudrait 1,75 Terre pour subvenir aux besoins de la population mondiale de façon durable, selon cet indicateur créé par des chercheurs au début des années 1990, et qui ne cesse de s’aggraver. 

Cette date correspond à celle où «l’humanité a consommé l’ensemble de ce que les écosystèmes peuvent régénérer en une année», selon les deux ONG. 

«Durant les 156 jours qui restent [jusqu’à la fin de l’année], notre consommation de ressources renouvelables va consister à grignoter le capital naturel de la planète», a précisé Laetitia Mailhes de Global Footprint Network, lors d’une conférence de presse. 

Et ceci ne prend même pas en compte les besoins des autres espèces vivant sur Terre. «Il faut aussi laisser des espaces pour le monde sauvage», ajoute-t-elle. 

AFP

Le «dépassement» se produit quand la pression humaine dépasse les capacités de régénération des écosystèmes naturels. Il ne cesse, selon l’ONG Global Footprint Network, de se creuser depuis 50 ans: 29 décembre en 1970, 4 novembre en 1980, 11 octobre en 1990, 23 septembre en 2000, 7 août en 2010. 

En 2020, cette date avait été repoussée de trois semaines sous l’effet des confinements liés à la pandémie de COVID-19, avant de renouer avec les niveaux d’avant. 

Un tiers de la nourriture est gaspillée 

Cette empreinte écologique se calcule à partir de six catégories différentes: les cultures, les pâturages, les espaces forestiers nécessaires pour les produits forestiers, les zones de pêche, les espaces bâtis et les espaces forestiers nécessaires pour absorber le carbone émis par la combustion d’énergies fossiles. Et tout ceci est intimement lié aux modes de consommation, en particulier dans les pays riches. 

À titre d’exemple, si tous les humains vivaient comme les Français, le jour du dépassement serait arrivé encore plus tôt, le 5 mai 2022. 

WWF et Global Footprint Network pointent en particulier notre système alimentaire. 

«Notre système alimentaire a perdu la tête avec une surconsommation des ressources naturelles, sans répondre aux besoins de lutte contre la pauvreté», commente Pierre Cannet, de WWF France. 

• À lire aussi: Sécheresse en Éthiopie: hausse spectaculaire du nombre de mariages d'enfants

«L’empreinte écologique de l’alimentation est considérable: la production de nourriture mobilise toutes les catégories d’empreinte, en particulier les cultures (nécessaires pour l’alimentation animale et humaine) et le carbone (l’agriculture est un secteur fortement émetteur de gaz à effet de serre)», détaillent les deux ONG. 

«Au total, plus de la moitié de la biocapacité de la planète (55%) est utilisée pour nourrir l’humanité», relèvent-elles. 

Plus précisément, «une grande partie des denrées alimentaires et des matières premières sont utilisées pour nourrir des bêtes et des animaux qu’on consomme après», précise Pierre Cannet. Dans le cas de l’Union européenne, «63% des terres arables [...] sont directement associées à la production animale». donne-t-il comme exemple. 

AFP

Or, l’agriculture contribue à la déforestation, aux changements climatiques en émettant des GES, à la perte de la biodiversité et à la dégradation des écosystèmes, tout en utilisant une part importante de l’eau douce, rappellent les ONG. 

• À lire aussi: Étude: des microplastiques dans la viande et les produits laitiers

Elles plaident pour une baisse de la consommation de viande dans les pays riches. 

«Si nous pouvions réduire la consommation de viande de moitié, nous pourrions reculer la date du jour du dépassement de 17 jours», fait valoir Laetitia Mailhes. 

«Limiter le gaspillage alimentaire permettrait de faire reculer la date de 13 jours, ça n’est pas négligeable», ajoute-t-elle, alors qu’un tiers de la nourriture est gaspillée dans le monde.