Des Chinois ont arrêté de payer leur hypothèque: ce que vous devez savoir sur la crise immobilière en Chine | 24 heures
/portemonnaie

Des Chinois ont arrêté de payer leur hypothèque: ce que vous devez savoir sur la crise immobilière en Chine

Image principale de l'article Des Chinois ont arrêté de payer leur hypothèque
AFP

La Chine affronte depuis plusieurs mois une crise immobilière profonde qui met à mal la deuxième économie mondiale. Des petits propriétaires refusent maintenant de payer leur prêt hypothécaire pour protester contre les interruptions de chantiers en cours. Le hic, c’est que les effets de cette crise pourraient se ressentir dans l’ensemble de l’économie chinoise, voire dans le reste du monde. On fait le point en quatre questions. 

• À lire aussi: Le Portugal est populaire chez les Nord-Américains et ça fait bondir le coût de la vie

Que se passe-t-il exactement? 

En septembre 2021, le géant de l’immobilier chinois Evergrande, dont la dette est estimée à 300 milliards, a fait faillite. Incapable de rembourser ses prêts auprès des créanciers, le promoteur a dû interrompre les activités de ses nombreux chantiers, laissant en plan de futurs petits propriétaires en attente de leur nouveau toit. 

Cette faillite a eu un effet domino sur l’ensemble du secteur immobilier. Plusieurs grands promoteurs chinois – eux aussi fortement endettés – ont dû mettre sur pause la construction de nouveaux logements... qui étaient déjà vendus. 

Il faut savoir qu’en Chine, plus de 70% des propriétés sont vendues avant que la construction soit terminée, selon un système de préventes. Les propriétaires ont coutume de commencer à rembourser leur prêt bien avant d’avoir les clés de leur logement. Devant le retard dans les travaux, des propriétaires qui attendent toujours après leur logement ont décidé de cesser leurs paiements hypothécaires, jusqu’à la reprise des chantiers. 

En date du 22 juillet dernier, plus de 320 projets immobiliers étaient affectés par la crise dans 90 villes chinoises, selon Bloomberg. Pour donner une idée de grandeur, le pays compte 225 millions de mètres carrés de logements dont la construction a été interrompue. 

AFP

Quelles sont les origines de cette crise? 

Les fondements de la crise remontent aussi loin qu’en 1998. Cette année-là, la Chine a mis en place une réforme du logement, qui misait sur un désinvestissement de l’État dans le secteur immobilier pour laisser la place au privé. S’en est suivi un boom immobilier sans précédent, des investissements massifs et, bien entendu, des dettes importantes.

Ensuite, plusieurs facteurs sont entrés en ligne de compte.  

1 – Profitant du fort engouement pour l’immobilier, les banques ont prêté des sommes astronomiques, tant aux promoteurs qu’aux acheteurs. 

2 – L’essor des promoteurs immobiliers s’est accompagné d’une flambée des prix des logements. Cette situation inquiéterait Pékin et de nombreux Chinois qui n’ont plus les moyens d’accéder à la propriété.  

3 – L’endettement massif des promoteurs, qui pose un risque considérable pour la santé financière du pays, inquiète les autorités chinoises. En 2021, elles ont décidé de restreindre les conditions d’accès au crédit pour les promoteurs.  

4 – Ce faisant, les promoteurs fortement endettés ont perdu de nombreuses sources de financement, se traduisant par des défauts de paiements.  

AFP

Pourquoi l’heure est-elle grave? 

Le secteur de l’immobilier représente à lui seul un quart du PIB chinois. Si rien n’est fait pour corriger la situation, les faillites devraient continuer de se multiplier.  

«Si les défauts de paiement se multiplient, il pourrait y avoir de grandes et graves conséquences économiques et sociales», prévient l’agence de notation Fitch Ratings, en entrevue avec l’AFP. 

En mai, la banque centrale américaine (Fed) a prévenu qu’une aggravation de la crise immobilière en Chine pourrait avoir des conséquences sur le système financier au pays. Si tel est le cas, la crise se ferait alors ressentir sur le commerce mondial. 

Début août, l’industrie chinoise de l’acier a à son tour sonné l’alarme. Faute de demande suffisante dans les chantiers, la crise immobilière menace l’effondrement du tiers de l’industrie.  

Quelle est la solution? 

La Chine a placé l’immobilier au centre de ses objectifs de croissance économique pendant plus de 20 ans. Difficile de prévoir un retour du balancier dans pareille situation de surévaluation immobilière. 

Néanmoins, le premier ministre chinois, Li Keqiang, a évoqué la création d’un fonds public pour continuer à prêter aux promoteurs, histoire qu’ils soient toujours en mesure de rembourser leurs dettes auprès des banques.  

Selon des analystes, il est peu probable que le gouvernement mette en place un «plan de sauvetage» pour sauver les promoteurs, puisqu’il pourrait avoir l’effet inverse que celui recherché. 

«Ça aurait pour effet de faire peser l’ensemble des risques sur le secteur bancaire ou le gouvernement», souligne Ken Cheung, analyste pour la banque japonaise Mizuho, tel que rapporté par l’AFP. 

Selon plusieurs experts, une grande solution semble incontournable: une restructuration complète du modèle de croissance de la Chine au cours des prochaines années. Parions que ce ne sera pas mince affaire! 

-Avec l’AFP et L’Express. 

Sur le même sujet