Des personnes trans et non binaires nous racontent comment c’est de se baigner en public | 24 heures
/panorama

Des personnes trans et non binaires nous racontent comment c’est de se baigner en public

Sur la photo : Maël Ste-Marie, Estelle Grignon et Élo Lamothe.
Photomontage Alexandre Pellet

Sur la photo : Maël Ste-Marie, Estelle Grignon et Élo Lamothe.

Gestes transphobes, microagressions ou inconfort: pour une personne transgenre ou non binaire, une baignade à la plage ou dans une piscine publique peut être un véritable cauchemar.

 • À lire aussi: Comment rendre les bars plus inclusifs pour les personnes LGBTQ+?

«J’avais complètement arrêté de me baigner au début de ma transition; c’était quelque chose que je n’étais pas capable de faire, que je ne pouvais pas supporter», confie Maël Ste-Marie, une personne transgenre et agenre, c’est-à-dire une personne qui ne s’identifie à aucun genre. 

«J’avais beaucoup de difficulté avec l’idée que d’autres personnes pouvaient me voir», poursuit Maël, qui est âgé de 17 ans.  

Maël Ste-Marie

Photo Courtoisie

Maël Ste-Marie

La crainte des vestiaires  

Lorsqu'elle a entamé sa transition pour devenir une femme, en 2018, Estelle Grignon a elle aussi fait une croix sur la baignade en public. Ce qu’elle redoutait le plus – et ce qu’elle redoute toujours –, ce sont les vestiaires.  

«Les vestiaires... c’est une place où je ne veux vraiment pas aller, où je ne me sens vraiment pas à l’aise, et je sais que des gens ne sont pas à l’aise si moi je suis là», raconte-t-elle.    

Estelle Grignon

Photo Courtoisie

Estelle Grignon

«J’ai énormément de respect pour les personnes trans qui vont assumer leur différence [...], qui vont arriver à la plage avec des maillots super révélateurs et se sacrer complètement de ce que les autres en pensent», poursuit-elle.  

«Je trouve ça extrêmement badass, mais c’est sûr que ça peut être extrêmement dangereux en public, comme ça, parce que tu ne sais pas comment les gens vont réagir, et ça peut mener à des microagressions ou straight up à des agressions.» 

• À lire aussi: Après l'avortement, le mariage gai dans la mire de la Cour suprême des États-Unis?

Inconfortables en maillot  

Ce n’est qu’en 2020, lorsqu’elle a commencé à mieux se sentir dans son corps, qu’Estelle a renoué, à son rythme, avec la baignade. Pour la première fois, elle s’est procuré un maillot de bain dans lequel elle se sentait bien, un une-pièce avec une jupe.  

«C'est une activité que j’aime vraiment beaucoup et dont je me suis privée pendant vraiment longtemps. Encore aujourd’hui, je m’en prive, parce que c’est vraiment dans des situations exceptionnelles où je suis à l’aise de le faire, et ça n'arrive vraiment pas souvent», poursuit la journaliste et chroniqueuse culturelle. 

Cet inconfort à l’idée de se retrouver en maillot en public, Maël Ste-Marie et Estelle Grignon ne sont pas les seuls à le ressentir. C’est un sentiment que partagent de nombreuses personnes transgenres et non binaires, souligne Florence Gallant Chenel, coordonnatrice adjointe de l’organisme TransEstrie.

«Chez les personnes cisgenres [personnes dont le genre correspond au sexe à la naissance], se baigner, ce n’est vraiment pas une question, parce qu’on a un corps qui correspond à ce à quoi les gens s'attendent», mentionne-t-elle. 

De manière générale, les maillots de bain que portent les personnes cisgenres correspondent en effet aux standards de la mode et des genres, ce qui n’est souvent pas le cas pour les personnes non binaires ou transgenres, ajoute Florence Gallant Chenel.   

Difficile d’exposer sa poitrine  

Élo Lamothe a aussi du mal à se mettre en maillot de bain en public. «J’ai toujours ressenti une gêne à me baigner en maillot, à exposer ma poitrine, je me sentais nu», explique la personne non binaire de 22 ans.  

Jusqu’à l’âge de 19 ans, iel évitait systématiquement de se retrouver dans des situations qui impliquaient de se mettre en maillot. Élo a éventuellement réalisé qu’iel n'avait pas à porter des maillots de bain «pour filles». «Ça m’a tellement libéré!» 

Photo Courtoisie

Mais bien qu’Élo se sente plus à l’aise aujourd’hui, un inconfort persiste. «Je le vois, quand je vais à la plage, qu’il y a un double take, que les gens me regardent, qu’ils ne savent pas trop.» 

Élo attend de subir une double mastectomie, c’est-à-dire une ablation des seins. Iel est convaincu que cette opération lui permettra de se sentir mieux dans son corps.  

Quelques conseils pour vous sentir plus à l’aise de vous baigner en public: 

  • Commencez par vous baigner chez de la famille ou des amis. Vous pourrez ainsi vous changer en privé, et vous saurez que les personnes avec qui vous êtes vous respectent. 
  • Aller à la plage ou à la piscine publique avec des personnes en qui vous avez confiance, que vous connaissez et qui vous acceptent comme vous êtes. «Ça fait beaucoup moins peur quand on sait qu’on est entouré de gens qui nous apprécient et qui ne nous jugeront pas», mentionne Estelle.  
  • Portez le maillot de bain qui vous permet d’être bien, même s’il ne correspond pas aux standards.  
  • Si vous allez vous baigner hors des heures les plus achalandées, soit très tôt ou très tard, vous pouvez éviter les foules et peut-être vous sentir plus à l’aise. Ça peut être un bon début.  
  • Respectez vos limites. Si vous n'êtes pas à l’aise d’aller à la plage ou dans une piscine publique, n’y allez pas.  

À voir aussi: 

s