C’est chimique! Voici pourquoi vous ressentez de l’anxiété de lendemain de brosse | 24 heures
/bref

C’est chimique! Voici pourquoi vous ressentez de l’anxiété de lendemain de brosse

Image principale de l'article Voici d'où vient l’anxiété de lendemain de brosse
Photomontage : Maryline Houde

Il vous arrive de vous sentir anxieux au lendemain d’une soirée bien arrosée? Normal, puisque l’alcool affecte l’équilibre chimique de votre cerveau. Voici ce que vous devez savoir pour mieux comprendre le phénomène et en amenuiser les effets.

• À lire aussi: Comment consommer de façon plus sécuritaire dans les festivals?

• À lire aussi: Impact sur le cerveau: la malbouffe inquiète la Fédération québécoise des Sociétés Alzheimer

En anglais, on appelle ça l’hangxiety, un mot-valise composé de hangover (la gueule de bois) et d’anxiety (anxiété) Bref, une gueule de bois anxieuse. 

Cette anxiété, elle peut être provoquée par des regrets, en lien avec des comportements de la veille, par exemple, ou par les symptômes liés au lendemain de veille qui vous empêchent de sortir de lit et auxquels vous accordez trop d’importance. 

Mais vous pourriez aussi ressentir cette anxiété sans raison apparente, et même si votre consommation de la veille a été raisonnable. C’est parce que l’alcool entraîne un débalancement chimique du cerveau, explique Normand Voyer, chimiste et professeur titulaire à l’Université Laval, qui s’intéresse aux effets de l’alcool.

Normand Voyer, chimiste et professeur titulaire à l’Université Laval.

Marcographie

Normand Voyer, chimiste et professeur titulaire à l’Université Laval.

«C’est la même raison qui explique que l’alcool rend soûl: la molécule d’éthanol a la capacité de traverser la barrière céphalorachidienne, qui sert habituellement à isoler le cerveau des substances indésirables de l’organisme. En pénétrant le cerveau, elle compétitionne avec des neurotransmetteurs, surtout le GABA, qui a pour fonction naturelle de moduler l'activité nerveuse des neurones sur lesquels il se fixe», précise le chimiste.

En interférant avec le fonctionnement du cerveau, l’alcool a un effet dépresseur qui peut affecter l’humeur et l’anxiété. Et plus la concentration d’alcool dans le sang est forte, plus les effets risquent d’être importants. 

Boisson foncée, lendemain angoissé

En plus de l’alcool, d’autres substances chimiques naturelles peuvent agir sur la gueule de bois: les congénères. Ces substances se retrouvent dans la matière première utilisée pour produire de l’alcool ou apparaissent lors de la préparation et de la fermentation d’une boisson alcoolisée, précise le professeur Voyer. 

«Plus il y a de congénères et plus les effets sur la gueule de bois seront importants. Puisqu’ils ont une certaine toxicité, ils influencent le rythme de dégradation de l’alcool dans le corps», explique le chimiste. 

Et leur quantité varie grandement d’un alcool à l’autre. 

Photo d'archives

«En général, plus l’alcool est foncé, plus il y a de congénères. Par exemple, dans le whisky ou dans le brandy, qui va maturer en fût de bois, des substances naturelles sont extraites du bois, ce qui va amener des congénères. Même chose pour le scotch. Mais il y a une exception: la tequila. Même si elle est transparente, comme elle est faite de cactus, elle contient beaucoup de congénères», précise-t-il. 

Le principe s’applique d’ailleurs aussi au vin et à la bière: le plus foncé, le pire.

• À lire aussi: 12 conseils faciles pour rendre votre consommation de drogue plus sécuritaire

Vodka, œufs, boissons sportives, eau, ibuprofène...

La science n’a toujours pas trouvé de remède miracle pour éviter ou combattre efficacement la gueule de bois, outre la modération et le temps. Il existe néanmoins des trucs qui permettent de diminuer légèrement les symptômes de la gueule de bois, note Normand Voyer, qui a présenté plusieurs conférences sur le sujet. 

«Le choix de l’alcool que l’on consomme peut aider. La vodka, qui est un alcool presque neutre, est la moins pire. Boire de l’eau entre les consommations alcoolisées peut aussi aider à être moins déshydraté. Mais encore une fois, si tu bois un verre d’eau entre chacun de tes 14 bourbons, tu vas être dans le trouble quand même», nuance-t-il. 

Boire de l’eau ou des boissons sportives, qui contiennent des sels et minéraux, ça peut aussi aider à passer à travers les matins difficiles, tout comme prendre des comprimés anti-inflammatoires, notamment d’ibuprofène. Évitez cependant l’acétaminophène, qui agit sur le foie et qui pourrait empirer votre situation. 

Il est aussi possible de diminuer votre mal-être au lendemain d’une dure soirée en... déjeunant! 

«Deux œufs avec du bacon le matin, ça peut aider, parce que c’est salé, donc ça fait boire. Dans les œufs, il y a aussi beaucoup de cystéine, un acide aminé qui permet de fabriquer le glutathion, qui est comme le concierge dans notre corps et contribue à la détoxification. Donc, en mangeant des œufs, on stimule la production de glutathion», ajoute-t-il. 

Et la fameuse bière du lendemain? 

«C’est la pire chose que vous pouvez faire», avertit Normand Voyer. 

Une vidéo qui pourrait vous intéresser: 

s