Voici 5 mesures de l’ambitieuse loi climatique des États-Unis | 24 heures
/environment

Voici 5 mesures de l’ambitieuse loi climatique des États-Unis

Image principale de l'article Voici 5 mesures de la loi climatique
Photo Fotolia

Après son adoption au Sénat et à la Chambre des représentants, Joe Biden a promulgué mardi l’une des plus ambitieuses lois en matière de climat des États-Unis, le «Inflation Reduction Act», qui comprend un investissement de près de 370 milliards $ et promet de réduire de 40% les émissions de GES du pays d’ici 2030. Voici 5 mesures phares du «grand plan» de Joe Biden pour lutter contre les changements climatiques.

• À lire aussi: GES: les États-Unis et d’autres pays riches ont causé des billions $ en dommages ailleurs dans le monde

• À lire aussi: Le Canada instaure un système qui fera «bien paraître les grands pollueurs»

Même si le président américain Joe Biden s’était engagé à réduire de moitié le taux d’émission de gaz à effet de serre (GES) du pays d’ici 2030 et d’atteindre zéro émission nette d’ici 2050, l’adoption d’une loi qui n’atteint pas tout à fait cet objectif est, malgré tout, un pas dans la bonne direction, souligne un expert.

«Il faut se rappeler qu'il y a deux semaines, on ne voyait pas du tout l'adoption d'un tel projet de loi. Il ne faut pas sous-estimer l'importance de ce revirement-là. Réussir à réduire de 40%, c'est quand même mieux que 0, mais ça nous rappelle qu'il reste du travail à faire», explique Christophe Cloutier-Roy, chercheur à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand.

Comment nos voisins du Sud parviendront-ils à atteindre cet objectif? Voici 5 façons:

Offrir des crédits d’impôt pour l’achat de véhicule électrique

Les Américains auront droit à un crédit d'impôt de 7500$ sur l'achat d'une voiture électrique neuve et de 4000$ sur l'achat d’un véhicule électrique usagé.

AFP

Le gouvernement s’engage aussi à rembourser 30% des coûts d’installation de panneaux solaires sur le toit de la maison.

Ces crédits d'impôt permettront aux Américains de se procurer des technologies à faible coût énergétique, et donc, ils faciliteront la transition du pays vers l'énergie renouvelable. Cela permettra aussi aux citoyens de réduire leur dépendance à l'énergie fossile, comme l’essence, dont le coût a considérablement augmenté dans les derniers mois.

Financer les transports propres pour les plus défavorisés

La réforme comprend aussi un investissement de 60 milliards $ qui vise à financer les initiatives de justice environnementale dans les communautés défavorisées. 

De ce montant, trois milliards seront consacrés à la promotion de transports propres pour tous dans les quartiers noirs, latino-américains, autochtones ou à faibles revenus, qui sont historiquement sous-financés. 

• À lire aussi: La Cour suprême rejette la requête d’ENvironnement JEUnesse

La réforme permettra à ces communautés de faire face, entre autres, à la mauvaise qualité de l'air et aux autres problèmes de santé publique dans leurs quartiers.

De même, le gouvernement américain investira 20 milliards $ dans les communautés rurales afin de protéger la production alimentaire ainsi que les forêts du réchauffement climatique, et ainsi les rendre plus résilientes.

Réduire les émissions de méthane

Pour la première fois, le Congrès va fixer des limites à l'industrie pétrolière concernant les fuites de méthane, un gaz à effet de serre 86 fois plus puissant que le carbone sur une période de 20 ans. Les compagnies gazières devront donc payer une amende salée si elles dépassent le niveau d'émission permis.

Le méthane coûtera aussi plus cher à extraire des terres publiques, par exemple, lors de travaux de ventilation. Des fonds seront également investis pour surveiller les fuites de méthane qui aurait pu passer sous le radar autrement.

Fabriquer de l'énergie propre

Au total, 60 milliards $ seront consacrés à la fabrication d'énergie propre en sol américain, comme la fabrication de panneaux solaires, d'éoliennes et de batteries qui seront ensuite vendus à la population. La fabrication d'énergie propre aux États-Unis est toutefois risquée, selon les experts, et nécessite un plan à long terme pour que ça fonctionne.

Archives Le Reflet/Agence QMI

Inspirer d’autres pays

Après l'adoption de ce projet de loi, soit l'un des pays les plus puissants au monde, plusieurs gros émetteurs de gaz à effets de serre pourraient lui emboîter le pas. La réforme renforce, entre autres, la crédibilité des États-Unis dans la lutte climatique au niveau international.

«C'est sûr que c'est encourageant, parce qu'on sait que lorsqu'on parle de changements climatiques, il y a toujours un problème d'action collective. De voir un gros pays avec une grosse économie comme les États-Unis et les voir aller de l'avant, c'est sûr que c'est un signal encourageant pour les autres pays qui sont tous solidaires à la cause, évidemment», estime le chercheur.

• À lire aussi: Les nouveaux ingénieurs pétroliers préfèrent travailler dans les énergies renouvelables

La question à 100$: est-ce que ça va marcher?

L'enthousiasme se fait sentir chez les démocrates, qui semblent déjà voir un pays transformé et «vert». La voix chevrotante, le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, a d'ailleurs déclaré que la réforme allait carrément «transformer l’Amérique». Une affirmation à prendre avec des pincettes, selon Christophe Cloutier-Roy.

«Je suis assez surpris des commentaires aussi élogieux. Je ne dis pas ça avec cynisme ou pessimisme, mais on est passé d'un plan déjà ambitieux à celui qui a été adopté maintenant, et même si les États-Unis ont l'air de s'engager de façon durable, reste à voir si ça va être suffisant pour changer le bilan carbone américain», explique-t-il. 

— Avec des informations de l’AFP