Il gagne une bataille juridique de 23 ans... pour une histoire de 32 sous | 24 heures
/bref

Il gagne une bataille juridique de 23 ans... pour une histoire de 32 sous

Image principale de l'article Il gagne une bataille juridique de 23 ans
PHOTO BBC

Dans un système juridique défaillant, la patience d’un Indien de 66 ans a finalement porté fruit, alors qu’il vient de remporter la bataille judiciaire d’une vie, après avoir surpayé des billets de train il y a 23 ans. 

• À lire aussi: Il y a maintenant deux Tim Hortons en Inde et leur menu est pas mal différent des nôtres

• À lire aussi: Un ministre indien hospitalisé après avoir bu l’eau «propre» d’une rivière sacrée

En 1999, Tungnath Chaturvedi s’est vu être facturé 20 roupies (32 cents canadiens) en trop pour une paire de billets de 70 roupies par un commis de billetterie d’une gare de train dans l’état d’Uttar Pradesh, dans le nord de l’Inde.

L’employé a refusé de le rembourser. C’est alors que le client a décidé de porter plainte contre la North East Railway et le commis en question. 

AFP

Or, après près de 23 ans devant les tribunaux, l’équivalent indien des petites créances au Québec s’est prononcé en faveur de M. Chaturvedi et a demandé à l’entreprise ferroviaire de rembourser la somme due, en plus des intérêts, rapporte la BBC.

«J’ai assisté à plus de 100 audiences dans le cadre de cette histoire», a déclaré M. Chaturvedi au média britannique. «Mais vous ne pouvez pas mettre de prix sur l’énergie et le temps que j’ai perdus dans cette affaire.»

Coupable!

Après jugement, l’entreprise ferroviaire doit verser à Tungnath Chaturvedi une amende de 15 000 roupies (environ 240 $ canadiens), les 20 roupies surpayées à 12% d’intérêt par an, de 1999 à 2022. 

Si la somme n’est pas payée dans le délai prescrit de 30 jours, le taux d’intérêt sera révisé à 15%. Somme toute, l’indemnité reste dérisoire, selon le plaignant, ne compensant pas pour le stress causé. 

«Ce n’est pas l’argent qui compte», raconte-t-il à la BBC. «Ç’a toujours été dans le but de lutter pour la justice et contre la corruption, donc ça en valait la peine.»

Comble du bonheur, M. Chaturvedi n’a pas eu à débourser une seule roupie en frais juridiques, car il est lui-même avocat et s’est donc représenté en cour.  

− Avec les informations de la BBC

À VOIR AUSSI

s