Présumées inconduites sexuelles: le cardinal Marc Ouellet visé par une action collective | 24 heures
/bref

Présumées inconduites sexuelles: le cardinal Marc Ouellet visé par une action collective

Image principale de l'article Le cardinal Ouellet visé par une action collective
Photo d'archives Jean-François Desgagnés

Le cardinal Marc Ouellet, qui a déjà été pressenti pour devenir pape, fait l'objet d'allégations d'agressions sexuelles, lui qui aurait embrassé par le passé une stagiaire du diocèse de Québec, en plus de lui avoir touché les fesses. 

Cette information a été rendue publique dans des documents déposés mardi dans le cadre d’une action collective visant le diocèse de Québec. En août 2008, F. (son identité est préservée) commence un stage comme agente de pastorale au diocèse de Québec. Elle a alors 23 ans.

Elle rencontre brièvement le cardinal Marc Ouellet, alors archevêque de Québec, à l'automne 2008, lors d'un événement.

«F. sent alors deux mains se poser sur ses épaules et se mettre à masser ses épaules avec force. F. lève les yeux pour voir que c’est le cardinal Marc Ouellet qui se tient derrière elle et lui masse les épaules», lit-on dans la demande introductive d'instance.

Marc Ouellet lui aurait souri et lui aurait caressé le dos, avant de partir.

F. aurait recroisé le cardinal en novembre 2008, à la suite d'une réception pour la nomination d’une collègue comme agente de pastorale. 

«Un autre prêtre demande au cardinal Marc Ouellet s’il connaît la nouvelle stagiaire – en parlant de F. –, ce à quoi il répond très fort qu’ils se connaissent très bien tous les deux», relate la victime alléguée, ajoutant que le cardinal l'aurait alors embrassée «avec familiarité», en plus de la retenir «fermement contre lui, en lui caressant le dos avec les mains».

Au cours d’une autre rencontre, F. relate un autre incident dans sa déclaration.

«Le cardinal Marc Ouellet lui dit alors que c’était la deuxième fois qu’ils se voyaient cette semaine et qu’il peut bien l’embrasser à nouveau, car “il n’y a pas de mal à se gâter un peu”. F. trouve ce commentaire complètement inapproprié. Le cardinal Marc Ouellet l’embrasse alors et glisse sa main le long du dos de F., jusqu’à ses fesses», soutient la victime alléguée. 

Ce geste aurait surpris F., qui n'aurait pas su comment réagir. L'une des dernières fois où F. a croisé le cardinal Marc Ouellet, c'est à l’occasion de l’ordination diaconale d’un collègue en février 2010.

«Lorsque F. ose parler du malaise qu’elle ressent face au cardinal Marc Ouellet, elle se fait répondre qu’il est tellement chaleureux et qu’elle n’est pas la seule femme à avoir ce genre de “problème” avec lui.»

Le 30 juin 2010, le cardinal Marc Ouellet quitte sa fonction d’archevêque de Québec. À l’automne 2020, F. assiste à une formation sur les agressions sexuelles, où elle se reconnaît dans celles que lui ont fait subir le cardinal Marc Ouellet ainsi qu'un autre prêtre du diocèse de Québec.

«Après cette formation, F. commence à avoir des flashs-back de ce qu’elle a vécu avec le cardinal Marc Ouellet. F. comprend que les gestes du cardinal Marc Ouellet constituent un attouchement de nature sexuelle non consenti et donc, une agression sexuelle. Elle décide de parler des agressions sexuelles à son nouveau conjoint et à quelques amies. Une de ses amies lui conseille de parler des agressions sexuelles avec le comité-conseil pour les abus sexuels envers les mineurs et les personnes vulnérables de l’Église catholique de Québec.» 

À ce comité siègent deux femmes, qui sont informées par la suite de l’identité des deux agresseurs de F.

Le 26 janvier 2021, F. écrit une lettre au pape François concernant le cardinal Marc Ouellet. Le 23 février 2021, F. est informée par courriel que le pape François a nommé le père Jacques Servais pour enquêter sur le cardinal Marc Ouellet. 

«Le père Jacques Servais semble avoir peu d’informations et de formation sur les agressions sexuelles, en plus d’être possiblement un collaborateur du cardinal Marc Ouellet.»

Le 23 mars 2021 a lieu la dernière communication entre le père Jacques Servais et F. À ce jour, aucune conclusion concernant les plaintes contre le cardinal Marc Ouellet n’a été transmise à F.

Notons que l'action collective est pilotée par le cabinet Arsenault Dufresne Wee Avocats. Elle regroupe, jusqu’à présent, 101 victimes affirmant avoir été agressées par environ 88 prêtres ou personnes du diocèse.

Frères des écoles chrétiennes du Canada

Une seconde demande introductive d’instance dans une autre action collective pour agressions sexuelles a aussi été déposée, mardi, visant les Frères des écoles chrétiennes du Canada francophone. Dans ce dossier, 193 victimes ont affirmé avoir été agressées par 116 membres de cette communauté, dont certains ont également fait plusieurs victimes.