«Si tu me vois, alors pleure»: des rivières asséchées d'Europe révèlent des messages troublants | 24 heures
/bref

«Si tu me vois, alors pleure»: des rivières asséchées d'Europe révèlent des messages troublants

Image principale de l'article Des messages troublants aperçus dans des rivières
AFP

À cause des vagues de chaleur et du manque de précipitations, des messages troublants gravés il y a plusieurs siècles surgissent dans des cours d'eau d’Europe.  

• À lire aussi: En pleine sécheresse, des activistes français bouchent des trous de golf pour dénoncer l’arrosage

• À lire aussi: Juillet 2022, l'un des plus chauds jamais enregistrés dans le monde

• À lire aussi: Le monde ne se prépare pas assez au pire, avertissent des scientifiques

Le message en allemand «Wenn du mich siehst, dann weine» (signifiant en français «Si tu me vois, alors pleure») figure parmi les messages gravés sur des rochers qui, en temps normal, seraient submergés dans le fleuve Elbe, à la hauteur de Děčín, en République tchèque. 

D'où proviennent ces mystérieuses pierres?

Des «pierres de la faim», comme celle trouvée en République tchèque, il y en a dans une douzaine de cours d’eau d’Europe centrale, notamment en Allemagne et en Pologne. 

Les messages auraient été gravés il y a plusieurs centaines d'années. 

En ce qui concerne la pierre de Děčín, la plus vieille année inscrite sur la roche (et qui est encore facilement lisible) est 1616. Selon des spécialistes, les années 1417 et 1473 y seraient toutefois aussi gravées, quoique moins visibles, en raison de l'érosion. Les années 1707 et 1893 s'y trouvent également.

Des chercheurs tchèques ont avancé en 2013 que ces «pierres de la faim» ont été gravées pour signifier que l’année − qui est inscrite sur la roche − avait été marquée par des sécheresses, de mauvaises récoltes, des pénuries de nourriture et la famine pour les pauvres.

Ces pierres pourraient aussi servir d’avertissement pour les générations futures en cas de nouvelles sécheresses. 

Sur une autre pierre qui a refait surface dernièrement, près de Bleckede, en Allemagne, on peut lire le message suivant: «Quand cette roche sera à nouveau submergée, la vie redeviendra plus colorée.» 

Une nouvelle «pierre de la faim»

En 2018, l’organisme environnemental Greenpeace avait reproduit à sa façon la pierre de Děčín alors que l’Europe était à nouveau frappée par une sécheresse. 

Des militants avaient alors déposé dans l’Elbe une «pierre de la faim» sur laquelle était inscrit ceci: «Si vous me voyez, c’est la crise climatique.»

PHOTO Greenpeace Deutschland

Un rappel du passé

Outre les «pierres de la faim», d’autres vestiges ont surgi alors que les niveaux de plusieurs cours d’eau européens sont à leur plus bas depuis des décennies, voire des siècles.

Un ancien hameau a été retrouvé dans le Piémont, au fond du Pô, le plus long fleuve d’Italie.

L’épave du Zibello − un bateau long de 50 mètres coulé pendant la Seconde Guerre mondiale −, un char nazi et une bombe de 450 kg, dont la découverte a nécessité l’évacuation de plus de 3000 personnes, ont également été retrouvés. 

Des découvertes dans les Alpes 

Les vagues de chaleur (et l'accélération de la fonte des glaces) ont aussi mené à des découvertes étonnantes dans les Alpes. Du côté de l’Autriche, un chamois momifié pratiquement intact et vieux de 500 ans a récemment été trouvé. 

En Suisse, les restes humains de deux alpinistes disparus il y a au moins 30 ans ont aussi été découverts, en plus de l'épave d’un avion écrasé en 1969. 

Avec les informations de The Guardian

À VOIR AUSSI

s