Des guides pour aider à économiser sur votre panier d’épicerie | 24 heures
/portemonnaie

Des guides pour aider à économiser sur votre panier d’épicerie

Image principale de l'article Des guides pour économiser sur votre épicerie
Photomontage: Julie Verville

Devant une flambée historique du prix des aliments, les consommateurs se retrouvent souvent démunis. Lorsqu’on cherche la bonne aubaine, tous les supermarchés ne sont pas égaux. Que faire si on n’a pas le temps ou l’énergie de comparer tous les prix? Ces outils permettent d’avoir une vue d’ensemble de ce que coûte le panier d’épicerie à travers les grandes chaînes de la province. 

• À lire aussi: 4 trucs pour arrêter de jeter sa bouffe par les fenêtres

Super C, Walmart et Maxi toujours moins chers

La revue Protégez-vous a publié une nouvelle enquête sur les prix en épicerie où on a comparé les six principales chaînes d’épicerie à Sherbrooke, Québec et Montréal soit : IGA Extra, Maxi & Cie, Provigo Le Marché et Metro Plus, Walmart et Super C.

Super C, Walmart et Maxi trônent en haut du classement des supermarchés les moins chers, alors qu’IGA et Métro finissent derniers. Si vous achetez les produits les moins chers, votre panier d’épicerie vous coûtera 201 $ chez Super C, mais 243 $ chez IGA. Cet écart de 17 % fait toute la différence à long terme. Selon les calculs du Rapport annuel sur les prix alimentaires 2022, faire son marché dans des épiceries dites «économiques» permet d’économiser 2070 $ par année. 

Pourquoi une si grande différence dans les prix? C’est parce que ce genre de commerce réduit toutes les dépenses possibles, explique la journaliste Amélie Cléroux. «On va couper dans l’apparence du magasin, dans le nombre d’employés, il n’y aura pas de services comme un comptoir de boucher ou une poissonnerie.»

Elle explique également les prix élevés de certaines chaînes par la particularité du marché québécois. «On n’a pas énormément de choix, donc il y a peu de compétition entre les chaînes. Les prix n’ont pas besoin d’être compétitifs.»

Un autre atout de ces chaînes, selon l’étude, est leur marque maison. Ces produits sont souvent beaucoup moins chers, parce que, contrairement aux marques nationales, elles n’ont pas à payer le prix fort pour être mises sur les tablettes avantageuses des supermarchés. «Ça coûte cher d’être sur les tablettes à la hauteur des yeux», explique Amélie Cléroux. 

Si ces marques permettent de faire des économies chez Walmart, Super C et Maxi, leur prix n’est pas aussi alléchant chez IGA et Métro.

• À lire aussi: On banalise le gaspillage alimentaire

Chercher les rabais, mais pas trop

Conclusion surprenante de l’étude, il ne vaut pas la peine de faire l’épicerie dans plusieurs commerces pour profiter des meilleurs rabais. «Lorsqu’on a testé cette technique, on a réussi à seulement épargner 5 $ sur notre panier final. Quand on compte l’essence, le temps et l’énergie dépensée pour faire plusieurs épiceries, c’est moins intéressant qu’on peut le croire», affirme Amélie Cléroux. Elle suggère plutôt de s’en tenir à un seul supermarché en fonction des rabais qui nous intéresse le plus cette semaine.

Même dans les supermarchés économiques, la journaliste appelle le consommateur à être vigilant. «Il arrive qu’il y ait des erreurs, par exemple qu’un produit en rabais soit vendu à un prix plus élevé que son prix original», avertit-elle. 

Faire des économies pour son panier d’épicerie est d’autant plus vital en contexte d’inflation. Entre 2021 et 2022, le prix des aliments a augmenté de 10 %. «Depuis notre dernière étude du genre en 2016, le prix de laitue romaine a augmenté de 50 %, celui des céréales à déjeuner, 59 %. L’huile de canola, elle, a augmenté de 63 %», relate la journaliste. 

Comparer en temps réel sur TikTok

Dix jours seulement après que le compte TikTok Eezly.Quebec ait été créé, il avait déjà récolté près de 13 000 abonnements. Dans leurs vidéos, on choisit un aliment ou une recette et on en compare le prix dans toutes les grandes chaînes du Québec. Phil Dallaire, fondateur et PDG d’Eezly, s’avoue surpris de l’engouement suscité par le compte TikTok lié à son entreprise.

«On avait déjà un autre compte pour notre application qui permet de comparer les différents services de livraison de nourriture. On s’est dit qu’on allait ouvrir un nouveau sur les prix en épicerie. On ne s’attendait pas à un tel succès si vite.»

Inspiré par un séjour en Chine et l’utilisation de la technologie pour faciliter l’accès à des repas ou des aliments livrés, Phil Dallaire a voulu créer un outil qui permet de comparer facilement les prix et permettre aux consommateurs de faire des choix éclairés. «On veut développer une application qui va faire la même chose pour les supermarchés. Ça nous trottait dans la tête avec l’inflation. En attendant qu’elle soit prête, on s’est dit que TikTok était une bonne façon de donner un coup de main aux gens », explique-t-il.

En faisant ses vidéos, Phil Dallaire fait le même constat : il est plus avantageux de faire son épicerie chez Super C, Maxi et Walmart. Les différences de prix l’ont souvent choqué.

«Pour une seule recette, on se retrouve avec une différence de 20 $ ou 30 $ selon l’épicerie, c’est beaucoup.» 

@eezly.quebec Voici l’épicerie la moins chère pour faire la sauce à spaghetti @ricardocuisine #tiktokquebec ♬ original sound - eezly

La popularité du compte est pour lui un signe que les consommateurs ont besoin de ce genre d’outils. «Il y a un grand manque de transparence dans le marché de l’alimentation. Même pour les commerces qui ont une politique d’égalisation des prix, comme Maxi, il faut aller chercher les prix ailleurs.» 

Faire lui-même l’exercice pour le compte TikTok lui a montré le temps et l’énergie nécessaires pour faire soi-même le tour de tous les prix. «On reçoit beaucoup de retours de gens qui sont reconnaissants pour ce qu’on fait. Ça fait plaisir, parce que c’est beaucoup de travail», confie le PDG.

Sur le même sujet