Le projet GNL Québec va-t-il renaître de ses cendres? | 24 heures
/environment

Le projet GNL Québec va-t-il renaître de ses cendres?

Image principale de l'article GNL Québec va-t-il renaître de ses cendres?
Photo d'archives, AGENCE QMI

Le projet de gazoduc GNL Québec, que l’on croyait mort et enterré, pourrait bien renaître de ses cendres. Si les ambitions du Parti conservateur du Québec (PCQ) d'exploiter des hydrocarbures dans la province sont bien connues, la Coalition avenir Québec (CAQ) n’aurait pas non plus relégué le projet aux oubliettes, selon ce que rapporte Radio-Canada.

• À lire aussi: C’est quoi, au juste, GNL Québec? Ce qu'il faut savoir pour mieux comprendre le projet controversé

• À lire aussi: Fin des CPE, hydrocarbures, baisse d’impôts: ce que propose le Parti conservateur du Québec

Dans les derniers mois, en coulisse, le ministre sortant de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, se serait montré ouvert à reconsidérer le projet Énergie Saguenay, une usine de liquéfaction de gaz naturel de l’entreprise GNL Québec. La CAQ pourrait même accélérer la réalisation du projet si elle est réélue, affirme le diffuseur public.

Joël Lemay / Agence QMI

En point de presse à Québec, François Legault a néanmoins réitéré aujourd’hui qu’il n’avait pas l’intention de relancer le projet. «Rien n’a changé, la porte est fermée», a-t-il dit.

De son côté, Justin Trudeau a confirmé que des conversations à ce sujet avaient eu lieu dans la foulée de la visite au Canada du chancelier allemand, Olaf Scholz. Le premier ministre fédéral a toutefois ajouté que le dossier GNL Québec n’était pas près de renaître de ses cendres.

• À lire aussi: L’accord entre le Canada et l’Allemagne sur l’hydrogène est-il une bonne nouvelle pour le climat?

Pour rappel, le gouvernement Legault a rejeté le projet en juillet 2021, après la publication d’un rapport défavorable du BAPE. En avril dernier, il a adopté une loi mettant fin à la recherche et à l’exploitation d’hydrocarbures au Québec. 

Le PCQ se dit «heureux»

La possible ouverture de Pierre Fitzgibbon à la relance du projet réjouit le chef du PCQ, Éric Duhaime, qui était de passage aujourd'hui au Saguenay. 

GABRIEL CÔTÉ/AGENCE QMI

«Ç’a été un manque de vision flagrant de laisser tomber le projet il y a un an. Ce l’est d’autant plus aujourd’hui, avec le contexte international actuel», a-t-il ajouté. Selon lui, ce gazoduc serait la solution à la crise énergétique qui secoue l'Europe depuis le début de la guerre en Ukraine.

Le chef conservateur a également rappelé qu’il est en faveur de «l’exploitation responsable de nos ressources naturelles», y compris des hydrocarbures.

Le PCQ présente d'ailleurs la réalisation de GNL Québec comme un engagement en matière d’environnement. 

Pourtant, les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) le répètent: pour limiter le réchauffement climatique à 2°C par rapport à l’ère préindustrielle, le monde doit abandonner tout projet d’exploitation d’énergies fossiles et se défaire de notre dépendance aux hydrocarbures. 

— Avec des informations de l’Agence QMI