Météo: de quoi aura l'air le mois de septembre au Québec? | 24 heures
/bref

Météo: de quoi aura l'air le mois de septembre au Québec?

Image principale de l'article De quoi aura l'air le mois de septembre au Québec?
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Il fait plutôt frais ces jours-ci au Québec, mais ne rangez pas tout de suite votre matériel d'été: quelques journées chaudes s'en viennent.

• À lire aussi: Quelle est la température maximale à laquelle les humains peuvent survivre?

«Le mois de septembre s’annonce bien. D’habitude, quand le mois d’août est chaud, comme cette année – un à deux degrés au-dessus des températures normales –, septembre est aussi chaud», affirme le météorologue d’Environnement Canada Gilles Brien.

Des canicules provoquent des sécheresses à plusieurs endroits dans le monde, notamment en Europe et aux États-Unis. Pour le moment, le Québec a été épargné, mais de la chaleur en provenance de la Californie devrait nous atteindre au courant de la semaine. Mardi et mercredi, le mercure devrait commencer à monter, et on ressentira vraiment le tout vendredi.  

• À lire aussi: 13 villes en Europe qui ont battu des records de température

«Septembre est un mois qui pourrait vraiment nous surprendre. On se souvient, en 2017, le Marathon de Montréal a été annulé à la fin du mois par des chaleurs accablantes», ajoute-t-il.

Plus d'orages que de chaleur

L'été 2022 n'a pas été marqué par la chaleur au Québec, contrairement à ce qui s'est produit partout dans le monde. La journée la plus chaude a été enregistrée à 32,5 °C, ce qui est inférieur aux 34 °C de l’an dernier, et aux 37 °C deux ans plus tôt.

• À lire aussi: L’hémisphère nord a goûté à la violence du réchauffement climatique

Mais ça ne veut pas dire que la météo a été tout à fait calme au Québec.

«On a eu neuf tornades cet été. C’est pas mal plus que la moyenne de six ou sept par année. On a eu en mai un derecho, une ligne d’orages intenses, qui a causé une dizaine de décès en Ontario et au Québec. C’est excessivement rare», a déclaré le météorologue.

«Je n’ai jamais vu ça en 40 ans, une ligne d’orages qui a tué autant de gens. Surtout des arbres [...], qui ont été vulnérabilisés dans les dernières années. Avec des transformateurs, aussitôt qu’il y a des orages maintenant, il y a des pannes de courant», a-t-il ajouté.

«D’habitude, c’est en hiver, maintenant c’est en été. On a des orages beaucoup plus fréquents», a-t-il conclu.

À VOIR – Notre expérience du dumpster diving

s