Facture de 20 000$ pour des soins dentaires: heureusement, il existe de l'aide | 24 heures
/panorama

Facture de 20 000$ pour des soins dentaires: heureusement, il existe de l'aide

BILLET - À 27 ans, comme journaliste pigiste, sans adhésion à un régime d’assurance et sans budget, j’ai laissé aller ma santé buccale. Pas de visite chez le dentiste durant 5 ans. Résultat? Un problème qui risque de me coûter plusieurs dizaines de milliers de dollars aujourd’hui.

• À lire aussi: Possible d'abolir la taxe de bienvenue? «Pas vraiment», dit une experte

Récemment, une douleur aiguë s’est invitée dans ma bouche, au point de me garder éveillée toute la nuit. OUCH! 

Diagnostic: parodontite agressive qui déchausse mes dents, en d’autres mots, une maladie sérieuse des gencives dans laquelle des bactéries se sont logées pour attaquer les os de mes dents. Si je ne fais rien, je risque d’être édentée à la mi-trentaine!

Je pleurais. Comment était-ce possible? Une réponse simple de ma dentiste: une négligence des nettoyages annuels. Ma réponse: je n’avais pas un centime...

Je ne suis pas la seule. En janvier dernier, le Rapport d’analyse de l’accès aux soins dentaires au Québec du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) rapportait qu’«environ 27% des adultes québécois n’ont pas recours aux services dentaires en raison du coût». 

• À lire aussi: Devrait-on rembourser les soins dentaires? Voici les positions des partis

Plus tu attends, plus ça coûte la peau des fesses

J’en ai discuté avec la Dre Sofia Kholmogorova, dentiste à la clinique dentaire Jim Lund de l’organisme Mission Bon Accueil, qui dessert une clientèle défavorisée, n’ayant ni accès à l’aide sociale ou à un régime d’assurances collectives pour bénéficier de soins de santé buccodentaires à moindre coût. 

La dentiste Dre Sofia Kholmogorova et l’hygiéniste Daniela Brizuela de la clinique dentaire Jim Lund.

Photo courtoisie Danny Dao

La dentiste Dre Sofia Kholmogorova et l’hygiéniste Daniela Brizuela de la clinique dentaire Jim Lund.

«Beaucoup ne consultent qu’en cas d’urgence lorsque ça fait mal et que la douleur est difficile à ignorer. Le problème avec ça c’est que souvent rendu là, le dommage est assez grand et devient plus difficile et coûteux à traiter», constate la dentiste montréalaise, qui pratique en clinique depuis six ans.

Une simple carie peut être dévastatrice pour le budget.

«Lorsqu’il y a un trou dans la dent, il faut le remplir et ça coûte entre 100$ et 400$ (par plombage qui varie selon la taille du trou). Si on finit par perdre la dent, ça coûte 700$ pour la remplacer par une prothèse amovible en plastique, 1600$ pour une prothèse en métal et plastique ou 4000-5000$ pour un implant, par dent», poursuit-elle. 

En d’autres mots, plus tu attends, plus le problème s’aggrave, et plus ça s’aggrave, plus ça coûte la peau des fesses.

C’est exactement, ce qui m’est arrivée. Je dois faire remplacer quatre dents et la facture risque de monter jusqu’à 20 000$, selon ma dentiste. 

• À lire aussi: Non, ces pancartes ne sont pas de Québec solidaire!

La fée des dents pour adultes

En collaboration avec la Faculté de médecine dentaire et des sciences de la santé orale de l’Université McGill, l’organisme Mission Bon Accueil a donc créé la clinique dentaire Jim Lund dans l’espoir d’accueillir gratuitement des Montréalais en situation de vulnérabilité, de tous les âges. 

«Ça coûte 400 000$ par année pour les services dentaires avec trois chaises où l’on a effectué entre 1700 et 2300 procédures par an, depuis 12 ans», affirme Sam Watts, Président-directeur général de Mission Bon Accueil.

«Un partenariat avec McGill nous permet de partager 50-50 tous les coûts. Et l’argent provient de nos donateurs», affirme-t-il. 

Wow! 

Dre Kholmogorova m'explique que leur mission est de soigner et sensibiliser les patients, mais aussi de leur redonner une dignité et une confiance en eux, car la santé des dents est aussi liée au statut socioéconomique. 

• À lire aussi: François Legault est-il son pire ennemi?

• À lire aussi: L'Assemblée nationale est-elle trop blanche?

«Ce qu’on aperçoit chez nos patients à la Mission Bon Accueil, c’est qu’un mal de dent peut entraîner quelqu’un à manquer des jours d’école ou de travail, ce qui peut avoir des répercussions sur leur situation», observe-t-elle.

«L’autre problème que nous voyons régulièrement est parmi les gens qui sont en voie de sortir de l’itinérance et à qui il manque des dents en avant. Ce n’est pas évident de passer une entrevue avec l’incisive centrale qui manque», s’exclame-t-elle.

En effet, sans ses «palettes», très difficile de se faire prendre au sérieux...

Je félicite toutes ces fées des dents pour adultes qui font vraiment la différence dans la communauté, parce que personne, mais personne ne devrait choisir entre souffrir d’un mal de dent ou payer son loyer. 

Pour d'autres ressources en santé dentaire abordable, cliquez ici

À VOIR - Les nouveaux visages des pêcheurs de homard 

s