Vélo d’hiver: des pneus à clous offerts en Suède pour délaisser la voiture | 24 heures
/environment

Vélo d’hiver: des pneus à clous offerts en Suède pour délaisser la voiture

Image principale de l'article Des pneus à clous offerts pour délaisser l’auto
vbaleha - stock.adobe.com

Pour inciter la population à opter pour la mobilité durable, une société de transport de Suède lance un projet pilote: elle offrira des pneus d’hiver cloutés aux Suédois qui mettront de côté l’automobile au profit du vélo d’hiver.

• À lire aussi: Une ville va bientôt bannir les pubs de viande, une première au monde

L’idée derrière la mesure de la Västtrafik est de prouver que le vélo n’est pas inutile en hiver et qu’il peut devenir une option de mobilité viable toute l’année. 

«On souhaite amener plus de gens à découvrir qu’il est bon de faire du vélo, même en hiver», soutient Lena Hesselroth, cheffe de projet chez Västtrafik. «Nous espérons que le projet incitera les gens à changer leurs habitudes de voyage et contribuera à réduire les émissions dues aux transports.»

Jusqu’au 25 septembre, les Suédois intéressés peuvent s’inscrire au projet pilote pour courir la chance de mettre la main sur une paire de pneus d’hiver et un gilet réfléchissant. Au total, 420 participants seront retenus.  

Des conditions s’appliquent :

  • Les 420 participants devront obligatoirement pédaler un minimum de trois jours par semaine, et ce, du 1er décembre 2022 au 1er mars 2023;
  • Ces personnes doivent habiter l’une des 13 villes visées par le projet; 
  • Tous devront faire un compte rendu de l’entretien hivernal des infrastructures de leur municipalité, comme le déblayage des rues et des pistes cyclables.  

• À lire aussi: Les souffleurs à feuilles à essence seront interdits à Outremont

Une bonne idée au Québec?

Pour Magali Bebronne, directrice des programmes chez Vélo Québec, le projet suédois est une bonne idée, bien qu’il ne soit pas «complètement nouveau», rappelant que des discussions avaient déjà eu lieu en 2017 lors d’un congrès sur le vélo d’hiver.

«Déjà, à l’époque, on avait des retours d’expériences de différents pays scandinaves qui avaient en place des programmes de subvention pour offrir des pneus à clous sur les vélos et ça semblait avoir connu un certain succès», nous explique-t-elle. 

Magali Bebronne, chargée de programme chez Vélo Québec,  estime qu’il est possible de s’initier au vélo d’hiver avec quelques modifications mineures sans pour autant vider son portefeuille.
CAPTURE D'ÉCRAN CAMILLE LALANCETTE/24 HEURES/AGENCE QMI

CAMILLE LALANCETTE/24 HEURES/AGENCE QMI

Magali Bebronne, chargée de programme chez Vélo Québec, estime qu’il est possible de s’initier au vélo d’hiver avec quelques modifications mineures sans pour autant vider son portefeuille. CAPTURE D'ÉCRAN CAMILLE LALANCETTE/24 HEURES/AGENCE QMI

En 2020, la ville d’Oslo, en Norvège, avait lancé un projet du genre et la municipalité a été victime de son succès, après avoir reçu plus de 4000 candidatures lors de la première semaine d’inscription seulement.

Reste qu’un incitatif financier pour faire l’acquisition d’équipements hivernaux est toujours le bienvenu, notamment pour une personne qui souhaite s’initier au vélo d’hiver, dit-elle.

À savoir si le vélo d’hiver devrait être davantage développé au Québec, lui aussi un territoire nordique comme la Suède, Mme Bebronne souligne qu’«on ne sera jamais contre les mesures qui encouragent la pratique du vélo», notamment la pratique du cyclisme hivernal.

• À lire aussi: Jet privé et consommation d’eau: Kim Kardashian se défend de ne rien faire pour la planète

«On sait que le discours a beaucoup changé dans les dernières années. Le vélo d’hiver semblait un peu fou il y a 10 ou 15 ans et maintenant, c’est largement accepté», dit-elle, précisant toutefois que la priorité du moment, pour Vélo Québec, c’est l’instauration d’une subvention gouvernementale pour l’obtention d’un vélo électrique.

À voir aussi - ils protègent des îles du Saint-Laurent

s