Feux de forêt dans l’Ouest canadien: Vancouver a enregistré la pire qualité de l’air au monde dimanche | 24 heures
/environment

Feux de forêt dans l’Ouest canadien: Vancouver a enregistré la pire qualité de l’air au monde dimanche

Image principale de l'article La pire qualité de l’air à Vancouver dimanche
AFP

La fumée des feux de forêt dans l’ouest des États-Unis et en Colombie-Britannique a atteint Vancouver en fin de semaine et elle a détérioré la qualité de l’air, au point où la ville avait la pire parmi les grandes villes du monde dimanche après-midi.

• À lire aussi: Replanter dans une zone à risque après un feu de forêt, c’est une bonne idée?

• À lire aussi: Feux de forêt: un été record de surfaces brûlées en Europe

Pendant quelques heures, l’air de Vancouver était à ce point malsain qu’il était le pire au monde, selon le World Air Quality Index, qui classe la qualité de l’air de 90 grandes villes de partout sur le globe.

Environnement Canada prévenait d’ailleurs que la qualité de l’air dans la région métropolitaine de Vancouver était à «risque élevé» pour la santé en début de journée dimanche, puis à «risque modéré» en après-midi et en soirée. 

Des feux «incontrôlés» en Colombie-Britannique, dans les États de Washington et de l’Oregon, en plus d’un incendie dans une usine de recyclage à bois de la région métropolitaine de Vancouver, sont à l’origine de l’écran de fumée qui a enveloppé la ville, précise Environnement Canada. 

Le réchauffement climatique rendra plus fréquents et intenses les événements climatiques extrêmes, comme les feux de forêt.

• À lire aussi: Terre-Neuve connaît ses plus importants feux de forêt en plus de 60 ans

Même si la situation s’est améliorée depuis, la concentration de particules fines (PM2.5) demeure près de 7 fois plus élevée que la recommandation annuelle de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour la qualité de l’air, selon IQAir. Environnement Canada prévient également qu’il y a toujours un «risque élevé» de fumée.

Les autorités ont émis samedi un avis de qualité de l’air et conseillent aux résidents, particulièrement à ceux qui sont à risque, de limiter les activités physiques extérieures lorsque les concentrations de PM2.5 sont élevées. L’avis était toujours en vigueur lundi.

À voir aussi:

s