L'Alabama pourrait utiliser une nouvelle méthode d'exécution jamais testée sur l'humain | 24 heures
/bref

L'Alabama pourrait utiliser une nouvelle méthode d'exécution jamais testée sur l'humain

Image principale de l'article Une nouvelle méthode d'exécution jamais testée
AFP

L’État de l’Alabama aux États-Unis pourrait bientôt introduire l’hypoxie azotée, une nouvelle méthode jamais testée chez l'homme pour exécuter les prisonniers condamnés à mort.

• À lire aussi: Deux militantes LGBTQ+ condamnées à mort en Iran pour avoir promu l'homosexualité

• À lire aussi: Voici pourquoi la Russie condamne à mort des prisonniers de guerre

C'est Alan Eugene Miller, reconnu coupable de trois meurtres, qui en a fait la demande. Il sera exécuté le 22 septembre prochain. 

Bien qu’il ait choisi l’hypoxie azotée au lieu de l’injection létale par crainte des aiguilles, sa demande pourrait lui être refusée. C'est un juge qui tranchera. 

Qu’est-ce que l’hypoxie azotée?

L’hypoxie survient lorsque le corps humain ou le cerveau est privé d’oxygène. L’hypoxie azotée est une forme d’hypoxie provoquée par l’azote, un gaz inerte, souvent utilisé pour euthanasier certains animaux.

L'humain peut respirer l'azote, mais seulement lorsqu’il est mélangé à suffisamment d’oxygène, au même titre que le méthane ou l’hélium.

Lorsque le niveau d’oxygène tombe en dessous de 16%, la respiration devient difficile. Puis entre 4% et 6%, une personne peut tomber dans le coma en 40 secondes. Une fois à 0% d’oxygène, la mort survient.

Une méthode qui ne fait pas l’unanimité

Aucun État américain n’a encore utilisé ou même testé l’hypoxie azotée comme méthode d’exécution. En 2018, l’Alabama est devenu le troisième État – après l’Oklahoma et le Mississippi – à l’autoriser. L’injection létale reste tout de même le premier procédé d’exécution. 

L’hypoxie azotée ne fait d'ailleurs pas l’unanimité, notamment parce qu’elle n’a jamais été testée et aucun protocole n’existe pour procéder à une exécution de la sorte.

Photo AFP

Bien que l’hypoxie azotée est réputée comme étant sans souffrance, on a déjà dit la même chose concernant la chaise électrique, soutient Robert Dunham, directeur général du Death Penalty Information Center, en entrevue avec ABC. 

Les exécutions carcérales aux États-Unis

Depuis 1976, 11 prisonniers ont été exécutés à l’aide d’un gaz, selon les données du Death Penalty Information Center. Le dernier cas remonte à mars 1999, en Arizona. Le condamné à mort aurait agonisé devant public pendant près de 20 minutes avant de rendre son dernier souffle.

Toujours depuis 1976, 1370 exécutions ont été menées par injection létale et 163 par la chaise électrique. 

− Avec les informations d’ABC et npr

À VOIR AUSSI

s