«Face-à-Face Québec 2022»: 15% du débat accordé à la crise climatique | 24 heures
/environment

«Face-à-Face Québec 2022»: 15% du débat accordé à la crise climatique

Image principale de l'article 15% du débat accordé à la crise climatique
Joël Lemay / Agence QMI

Abordée d’entrée de jeu dans le Face-à-Face Québec 2022, la question de l’environnement et de la lutte aux changements climatiques a occupé environ 18 minutes 24 secondes du débat, ce qui correspond à 15% de la durée totale.

• À lire aussi: Nos politiciens ignorent-ils la crise climatique?

• À lire aussi: Taxer les VUS comme le propose Québec solidaire, c'est efficace pour réduire les GES, disent des experts

«En 2022, c’est nettement insuffisant», a écrit Caroline Brouillette, directrice des politiques nationales au Réseau action climat Canada, qui avait procédé au même exercice lors du Face-à-Face 2021 lors de la plus récente campagne électorale fédérale. 

En comparaison, les discussions sur la crise climatique avaient accaparé environ 16 minutes du débat de l’élection provinciale de 2018, selon une compilation de Vire au vert, un collectif de groupes environnementaux et de citoyens. 

• À lire aussi: Bilan de la CAQ en lutte aux changements climatiques: «Il y a eu des efforts, mais c’est nettement insuffisant»

Vire au vert revendique depuis plusieurs mois un débat traitant exclusivement de la question de la crise climatique et de la biodiversité. Un sondage commandé par Équiterre a d’ailleurs démontré que 56% des Québécois croient en la pertinence d’un tel débat.

Invités par le collectif, seuls Québec solidaire, le Parti québécois et le Parti libéral du Québec ont accepté l’invitation. 

Des militants déroulent le tapis vert

Plus tôt dans la soirée, Vire au vert a déroulé un tapis vert aux chefs de parti afin, notamment, de connaître leurs engagements en matière de lutte aux changements climatiques. Des représentants de Greenpeace, de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), et de l’Association québécoise des médecins de l’environnement (AQME) étaient également sur place. 

• À lire aussi: Les arguments en faveur du 3e lien tiennent-ils la route?

Paul St-Pierre-Plamondon (Parti québécois), Gabriel Nadeau-Dubois (Québec solidaire) et Dominique Anglade (Parti libéral du Québec) sont, tour à tour, passés sur le tapis et se sont engagés à considérer la crise climatique dans toutes leurs décisions s’ils étaient portés au pouvoir.

À voir aussi:

s