Le fondateur de Patagonia donne son entreprise pour défendre la planète | 24 heures
/environment

Le fondateur de Patagonia donne son entreprise pour défendre la planète

Image principale de l'article Le fondateur de Patagonia donne son entreprise
AFP

Le fondateur de la marque de vêtements de plein air Patagonia, connue pour ses prises de position en faveur de la défense de l’environnement, veut faire encore plus pour la planète et a décidé, à 83 ans, de simplement faire don de son entreprise.

• À lire aussi: Greenwashing: Naturel, à base de plantes, ami de la planète et autres mots dont il faut se méfier

• À lire aussi: Taxer les ultra-riches comme le propose Québec solidaire, une bonne idée?

Yvon Chouinard aurait pu vendre la marque, valorisée à trois milliards de dollars selon le New York Times, ou la faire entrer en Bourse.

En accord avec sa femme et ses deux enfants, il a plutôt décidé de transférer 100% de leurs parts dans l’entreprise à un trust chargé de s’assurer que ses valeurs sont respectées, et à une association de lutte contre la crise climatique et la protection de la nature, à qui seront reversés les profits.

«La Terre est maintenant notre seul actionnaire», écrit-il dans une lettre publiée sur le site de Patagonia.

Yvon Chouinard, le fondateur de Patagonia

AFP

Yvon Chouinard, le fondateur de Patagonia

«Je n’ai jamais voulu être un homme d’affaires. J’ai commencé comme artisan, en fabriquant du matériel d’escalade pour mes amis et moi-même avant de passer aux vêtements», y rappelle-t-il.

Une entreprise engagée

Fondé il y a près de cinquante ans, Patagonia s’est rapidement engagé en faveur de la protection de la nature, en choisissant scrupuleusement ses matières premières ou en donnant 1% de ses ventes chaque année à des ONG environnementales.

Mais ce n’était pas suffisant, a jugé son fondateur.

«Une option était de vendre Patagonia et de donner tout l’argent. Mais nous ne pouvions pas être sûrs qu’un nouveau propriétaire maintiendrait nos valeurs ou garderait l’ensemble de nos employés», souligne-t-il dans sa lettre.

Et faire entrer Patagonia en Bourse aurait été «un désastre», prédit-il: «Même les entreprises cotées avec de bonnes intentions sont soumises à trop de pression pour créer des gains à court terme au détriment de la vitalité et de la responsabilité à long terme.»

Patagonia restera une entreprise, qui se soucie de sa santé financière et fonctionnera avec un conseil d’administration et un directeur général.

La famille de M. Chouinard continuera pour sa part à «guider» le travail du trust et de l’association.

À voir aussi:

s