Retour sur 5 moments forts du Face-à-Face Québec 2022 | 24 heures
/bref

Retour sur 5 moments forts du Face-à-Face Québec 2022

Image principale de l'article 5 moments forts du Face-à-Face Québec 2022
Photo Martin Chevalier

Les chefs des cinq principaux partis se sont affrontés jeudi soir lors du premier débat télévisé de la campagne électorale, le Face-à-Face Québec 2022. Retour sur cinq moments forts des deux heures d'échanges corsés.

• À lire aussi: La crise du logement ignorée dans le débat

• À lire aussi: 15% du Face-à-Face Québec 2022 pour la crise climatique

Troisième lien

Les chefs de la Coalition Avenir Québec (CAQ) et du Parti conservateur du Québec (PCQ), François Legault et Éric Duhaime, sont les seuls en faveur d’un troisième lien automobile entre Québec et Lévis. Leur projet diffère, toutefois: M. Legault souhaite construire un tunnel, alors que M. Duhaime propose un pont et une autoroute sur l’île d’Orléans. 

Le chef conservateur a talonné le premier ministre sortant à propos des nombreuses études sur le troisième lien que son gouvernement a commandées et qui n’ont toujours pas été rendues publiques. 

«Est-ce que, oui ou non, vous allez diffuser les études? Les gens ont le droit de savoir avant le 3 octobre, a martelé M. Duhaime. On les a payées, on veut les lire avant de voter!»

s

M. Legault a répliqué que les études étaient désuètes, puisqu’elles auraient été menées avant la pandémie et ne tiendraient pas en compte le télétravail. 

Crise climatique

Le co-porte-parole de Québec solidaire (QS), Gabriel Nadeau-Dubois, a proposé au chef conservateur de se présenter comme gouverneur du Texas, et non comme premier ministre du Québec. M. Nadeau-Dubois lui reproche de vouloir augmenter les émissions des GES et de ne pas se soucier de la crise climatique. 

s

«Vous vivez dans une réalité parallèle. Vous êtes sur une planète à part. La vraie planète sur laquelle nos enfants et petits-enfants vont vivre, elle est en train de s’en aller au y'able», a soutenu le chef solidaire.

«Mot en n» 

Dans un échange sur la liberté universitaire, le chef du Parti Québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon, a amené Gabriel Nadeau-Dubois à énoncer le titre d’une œuvre de l’écrivain Pierre Vallières qui contient le «mot en n». 

Le chef péquiste a quant à lui prononcé le terme à deux reprises, lors de l’échange musclé avec son adversaire.

Pandémie 

Sur le thème de la pandémie, Éric Duhaime a insisté sur son désir de laisser les gens vivre, tout en protégeant les plus vulnérables. 

s

François Legault l’a ensuite accusé d’être irresponsable et de surfer sur le non-respect des mesures sanitaires pour attirer des votes. 

Racisme systémique

François Legault s'est une fois de plus fait reprocher de ne pas reconnaître le racisme systémique, tout en reconnaissant qu’il y a bel et bien du racisme au Québec.

La cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ), Dominique Anglade, l’a aussi accusé de ne pas accorder suffisamment d’importance aux mots, ce qui l’empêche, selon elle, de lutter contre le racisme. 

Le chef caquiste a d’ailleurs mentionné que «le problème» du racisme à l’hôpital de Joliette a été «réglé» depuis la mort tragique de la femme attikamek Joyce Echaquan. 

«Joliette, ce n'est pas le Québec! Vous n’êtes pas premier ministre de Joliette, vous êtes premier ministre du Québec», a pour sa part ajouté Gabriel Nadeau-Dubois.

À VOIR AUSSI

s