Les corgis et un poney de la reine Élisabeth II ont participé aux commémorations | 24 heures
/bref

Les corgis et un poney de la reine Élisabeth II ont participé aux commémorations

Image principale de l'article Ses corgis et un poney participent aux funérailles
AFP

Ce n'est pas les invités de marque qui manquaient aux funérailles de la reine Élisabeth II, lundi. En plus de Justin Trudeau (et de dignitaires du monde entier), les deux corgis adorés de la reine et l’un de ses poneys favoris étaient présents à Windsor pour la saluer une dernière fois.

• À lire aussi: Un dernier adieu à la reine: le déroulement de la cérémonie minute par minute

• À lire aussi: Funérailles d’Elizabeth II: une cérémonie courue à Ottawa

Sur le perron du château de Windsor, Muick et Sandy attendaient, escortés par deux gardes, que le cortège funéraire parti de Londres après les funérailles grandioses de la monarque remonte la Longue promenade («Longue Walk») jusqu’au château, où Élisabeth II sera inhumée dans l’intimité lundi soir.

AFP

Pour toujours associés à la reine Elizabeth II, les deux corgis ont désormais été adoptés par Andrew, le fils cadet de la souveraine décédée le 8 septembre.

AFP

C’est déjà Andrew, souvent présenté comme «le fils préféré» d’Élisabeth II, mais tombé en disgrâce après des accusations d’agressions sexuelles sur mineure, qui avait offert ces deux petits chiots à la souveraine, à quelques mois d’écart.

Muick et Sandy, derniers fiers représentants des plus de trente corgis qu’a possédé la reine, lui avaient apporté beaucoup de réconfort pendant la pandémie, selon son habilleuse Angela Kelly.

AFP

Un des poneys de la reine, Emma, se trouvait également le long de la longue promenade qui traverse le domaine royal jusqu’au château Windsor, au moment où le corbillard transportant le cercueil de la reine a remonté l’avenue.

Le poney noir était l’un des favoris de la souveraine et l’a accompagnée pendant 26 ans.

AFP

La reine n’a jamais caché sa passion pour les chevaux. 

L’amour de la monarque pour les corgis et les chevaux étaient bien connus des Britanniques. Dans les parterres de fleurs déposées en hommage à la reine, on pouvait voir de nombreux dessins ou peluches de chiens ou de chevaux.