François Legault compare Éric Duhaime à Donald Trump | 24 heures
/elections

François Legault compare Éric Duhaime à Donald Trump

Image principale de l'article Legault compare Duhaime à Trump
Photo La Presse canadienne, Ryan Remiorz

Au lendemain du second débat des chefs, François Legault a mené une attaque frontale contre son adversaire conservateur, qu’il compare à Donald Trump. Éric Duhaime «s’est disqualifié» du poste de premier ministre du Québec en s’opposant aux mesures sanitaires durant la pandémie, a pesté le chef de la CAQ. 

• À lire aussi: [VIDÉOS] Le 2e débat des chefs en 5 échanges corsés

• À lire aussi: Iil y a urgence d’agir pour s'adapter aux changements climatiques

Alors que débute dimanche le vote par anticipation, François Legault avait un message pour les gens de Québec, terreau fertile pour le Parti conservateur. Il déplore qu'Éric Duhaime ait profité de la souffrance des gens pour amasser des appuis.  

«Je ne comprends pas comment un peuple qui est solidaire peut accepter qu’un gars qui a joué le rôle d’agitateur pendant deux ans et profité de la détresse de certaines personnes pour gagner des votes» peut aspirer aux plus hautes fonctions de l'État, a-t-il insisté vendredi, de passage à Laval. 

«Ça n’a pas de bon sens, ce n’est pas le genre de leader qu’on veut au Québec!» a renchéri le premier ministre sortant. 

• À lire aussi: Voici quel salaire gagne le premier ministre du Québec, François Legault

François Legault reconnaît que la population puisse être exaspérée par les règles sanitaires. Mais un chef de parti, un premier ministre ne peut pas «encourager les gens à ne pas suivre les mesures». 

Le chef caquiste n’hésite pas à faire un parallèle entre Éric Duhaime et l’ex-président américain Donald Trump. 

«Il me fait penser à quelqu’un au sud, il nie la réalité, nie les chiffres. L’Institut du Québec, selon Éric Duhaime, c’est un complot, ben voyons donc!»  

«La panique est installée», réplique Duhaime 

Quelques minutes après la sortie de François Legault, Éric Duhaime a affirmé que cette attaque du premier ministre sortant montre que «la panique est installée» du côté des troupes caquistes.  

«Il [M. Legault] n’a pas aimé son débat, de toute évidence. Il n’est pas très satisfait de sa performance. Il commence à voir que le Parti conservateur est peut-être un adversaire plus sérieux qu’il l’avait d’abord estimé», a laissé tomber le chef conservateur en avouant ne pas comprendre les raisons pour lesquelles le premier ministre sortant veut «rebrasser la soupe de la COVID».    

Vendredi matin, le chef conservateur, Éric Duhaime, a rencontré la mairesse de Montréal, Valérie Plante, à l'hôtel de ville de Montréal. Il était accompagné de ses candidates Sabrina Ait Akil (Mont-Royal–Outremont) et Carmel-Antoine Bessard (Bourassa-Sauvé).  

Ce dernier a ajouté qu’il ne comprend pas les raisons pour lesquelles François Legault a affirmé qu’il serait «disqualifié» du poste de premier ministre.   

Interrogé quant au fait d’être comparé à Donald Trump, M. Duhaime a soutenu que «cette comparaison est, de toute évidence, boiteuse. Je ne sais même pas pourquoi il prend ces images-là. Il essaye de diaboliser les gens qui ne pensent pas comme lui. Encore une fois, ça démontre son manque de respect pour ses adversaires politiques.»

Le chef conservateur a par ailleurs totalement nié que l’approche conservatrice pour gérer la pandémie aurait pu conduire à sacrifier des aînés. «Il aurait fallu protéger les personnes aînées et les personnes vulnérables, mais il fallait aussi donner plus d’espace. Il fallait permettre la socialisation, le sport [...] Il fallait permettre aux gens de s’émanciper», a-t-il fait savoir.   

D’après lui, «on aurait protégé les vulnérables. On aurait dit à la Santé publique de parler aux gens. On aurait séparé le politique de la Santé publique».   

– Avec la collaboration de Taïeb Moalla 

s