Voici tout ce que vous devez savoir sur l'ouragan Fiona qui a ravagé les Îles-de-la-Madeleine | 24 heures
/bref

Voici tout ce que vous devez savoir sur l'ouragan Fiona qui a ravagé les Îles-de-la-Madeleine

Image principale de l'article Tout ce que vous devez savoir sur l'ouragan Fiona
Capture d'écran, TVA nouvelles

Le réveil a été difficile dimanche aux Îles-de-la-Madeleine et dans les Maritimes, où l'ouragan Fiona a fait des ravages. Voici ce qu'il faut savoir pour comprendre ce phénomène.

• À lire aussi: Adaptation aux changements climatiques: il y a urgence d’agir, mais les chefs n'ont pas grand-chose à proposer

Îles-de-la-Madeleine

Aux Îles-de-la-Madeleine, des bâtiments ont été engloutis ou détruits par les inondations, au point où on comptait 37 sinistrés en début de journée dimanche. Des vents allant jusqu'à 126 km/h ont frappé l'archipel, qui a reçu environ 100 mm de pluie. 

Capture d'écran TVA nouvelles

Parmi les dégâts et les bris matériels, notons qu’une portion du toit de tôle de l’église de Saint-Pierre-de-La Vernière, classée monument historique, est partie au vent.

Photo Agence QMI, Richard Dupuis

• À lire aussi: Une deuxième vie à des vêtements usés aux Îles-de-la-Madeleine

Signe de l'ampleur de la situation, le réseau routier des Îles-de-la-Madeleine était entièrement fermé à la circulation samedi. Le maire intérimaire suppléant, Richard Leblanc, en a fait l’annonce en conférence de presse, diffusée en direct sur les ondes de la radio locale. «Il y a beaucoup d’entraves sur la route, des débris, des inondations, a-t-il énuméré. Donc, on vous demande de rester à la maison le temps que l’on puisse réaliser les travaux et que la tempête se termine.»

Capture d'écran TVA nouvelles

Dans les ports de pêches touchés par les vagues, c'était la dévastation, avec des amarres brisées et des quais en lambeaux. «C'est une catastophe!» a lancé Charles Poirier, capitaine du Bay Catcher et président du Rassemblement des pêcheurs et pêcheuses des côtes des Îles.

HÉLÈNE FAUTEUX/AGENCE QMI

La bonne nouvelle, c’est que le tout nouvel ouvrage de protection de la route 199, qui s’étend sur une distance de 1,5 km dans le secteur de Pointe-aux-Loups, a tenu le coup. Le ministère des Transports du Québec (MTQ) y a investi plus de 20 M$ pour construire une dune artificielle après que la berge ait reculé de 15 mètres, dans la foulée d’une série de violentes tempêtes, dont l’ouragan Dorian, survenues en 2019. Constitué d’un enrochement recouvert d’une recharge de sable, l’ouvrage a été végétalisé de 150 000 plants d’ammophiles, au cours de la dernière année, pour maintenir les sédiments en place.

Plus tristement, les inondations par les vagues et les trombes de pluie du cyclone post-tropical ont eu raison de chalets, qui ont été complètement détruits. C’est le cas d’une maisonnette, située sur la Pointe de Havre-aux-Maisons. De l’autre côté de la route, un aubergiste, Marc-David Andrade, a dû évacuer cinq touristes au plus fort de la tempête hier midi. Aujourd’hui, il s’emploie à remettre son terrain en état pendant que deux pompes assèchent son sous-sol. «Le moral est bon, a-t-il fait savoir. Il fait un beau soleil. La maison est indemne. C’est le principal.»

• À lire aussi: «Le sol se dérobe sous nos pas»: Vincent Vallières inquiet de l'érosion aux Îles-de-la-Madeleine

L'historique château Dubuc en ruines en Gaspésie

Déjà menacé par la mer, le château Dubuc, cité comme bâtiment patrimonial en Gaspésie, a été ravagé par l'ouragan Fiona, samedi.

L'ex-mairesse de Chandler, en Gaspésie, Louisette Langlois, avait lancé un cri du cœur en mai dernier dans l'espoir de sauver le bâtiment patrimonial, qui menaçait d'être emporté par l'océan.

En après-midi, la météo a finalement eu raison du château Dubuc, qui représentait une bonne partie de l'histoire industrielle de la municipalité.

Le château Dubuc a été construit en 1916 par Julien-Édouard-Alfred Dubuc, un homme d'affaires reconnu dans le domaine des pâtes et papiers. M. Dubuc a été un personnage très important dans le développement de Chandler.

• À lire aussi: Une maison à vendre pour 795 000$ aux Îles-de-la-Madeleine sème l'émoi

Deux femmes emportées par les vagues

Les Martitimes ont été gravement touchées par la tempête.

À Port-aux-Basques, dans Terre-Neuve-et-Labrador, une situation tragique est survenue : deux femmes ont été emportées par les vagues lors du passage de l’ouragan samedi. L’une d'elles est toujours portée disparue, a confirmé la GRC. 

Les deux maisons, où les victimes se trouvaient, se sont effondrées. La première femme a été secourue.

Alors que certaines résidences font face à des inondations importantes ou à des incendies d'origine électrique, d'autres maisons ont tout simplement été emportées par la mer.

Un résident de Port aux Basques, Trey Capnerhurst, a vu tomber un immeuble de deux étages à proximité de chez lui. «Il a toujours été perché au bord de l'océan, et là, il est dedans», a-t-il mentionné à CTV News.

M. Capnerhurst s'estime heureux, puisqu'il vit dans une nouvelle maison complètement rénovée qui résiste aux intempéries. Il réalise toutefois que tout le monde n'a pas cette chance.

«Les voisins d'en face ont perdu leur porche, et ceux de l'autre côté, leur maison entière», a ajouté M. Capnerhurst.

La Nouvelle-Écosse s'est assez bien tirée d'affaire, même si des centaines de milliers de personne ont manqué d'électricité. 

Les politiciens réagissent

Le premier ministre sortant François Legault a l’intention d’aider les Québécois touchés par l’ouragan Fiona. Il a d'ailleurs suspendu sa campagne le temps de la tempête. 

«C’est trop tôt pour faire le bilan complet des dégâts, mais je veux rassurer les Québécois qui vivent là-bas. [Pour] tout ce qui n’est pas assurable par des assurances, on va s’assurer d’avoir un programme pour combler la différence. On ne veut pas que les gens s’inquiètent pour leurs biens matériels», a dit celui qui prévoit se rendre sur place lundi si la situation le permet.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a de son côté annulé un voyage au Japon en raison des événements. Il a également annoncé qu'il déploierait l'armée en Nouvelle-Écosse pour évaluer la situation.

• À lire aussi: 5 choses à savoir sur les tiques et la maladie de Lyme

Une vidéo qui pourrait vous intéresser: 

s